512b2lTvk6L

Romancier, auteur dramatique, auteur de polars, agent secret, c'est « le plus français des grands écrivains britanniques du XX° siècle ». Il choisira de vivre en France où il trouvera la liberté de vivre ses amours homosexuelles.

Bien avant les grands noms du polar, John Le Carré et consorts, il démontre avec brio que l'espionnage peut faire bon ménage avec la littérature.

Ces huit nouvelles sont les aventures de Mr Ashenden, écrivain et espion. Il y a là de l'autobiographie. Maugham nous emmène à travers l'Europe en guerre, première guerre mondiale, dans une promenade pleine de poésie, riche en description, brossant des portraits écrits à l'acide de personnages qui sont tous des espions dans un univers anticonformiste et cosmopolite. Les portraits psychologiques sont tracés de façon éblouissante par une écriture étincelante. Tous hauts en couleurs et très attachants. Même les plus salopards (Gustav) ou les plus a priori insupportables (Mr Harrington).

Le héros, l'auteur, ne se met jamais en avant mais observe les choses, les événements, les personnes avec beaucoup de recul, sans illusion sur la nature humaine. Avec beaucoup de légèreté. Parfois un peu de cynisme. Et une élégance so british.

N'attendez pas une suite de cabrioles à la 007, mais tout le monde risque sa peau, du sexe à la de Villiers et son prince, mais une sensualité à peine mais efficacement évoquée, du sang sur tous les murs même si on traverse la guerre la plus meurtrière du XX° siècle.

Loin de la littérature spectacle, de la grande littérature.