15 octobre 2016

LES PAUVRES BOUGRES DE LA LITTÉRATURE

LES PAUVRES BOUGRES DE LA LITTÉRATURE     Ils ne se voyaient pas déjà en haut de l'affiche. Ils se croient et congénitalement en haut de l'affiche. C'est presque un droit divin. Et ça se bouscule sur les sommets. Il y a du monde qui prétend à la première place.   Ce sont des auteurs, des poètes, des romanciers, des trilogistes, des artistes, des créateurs tous séro positifs au test de la nullité. Tireurs de l'alexandrin au kilomètre, rimeurs du pauvre, prosateurs rois du mauvais copié/collé, ils se donnent de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2016

Femme je t’aime

In : https://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/03/09/femme-je-taime/   Femme je t’aime 9 mars 2013 · par audren · dans confession, réflexion. · La chanson de Renaud est un tas de stéréotypes sexistes et illustre bien le contexte culturel dans lequel j’ai grandi, où toutes les femmes sont des anges et tous les hommes de haïssables violeurs. « la force de l´homme ne tient que dans son flingue ou dans sa queue » (ref. photo (c) Zakharova sur deviantart.com) Plus les années passent, et plus je déteste les... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 octobre 2016

Sans doute le plus grand de tous les poèmes érotiques

Les bijoux La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores,Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueurQu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures.Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,Ce monde rayonnant de métal et de pierreMe ravit en extase, et j'aime à la fureurLes choses où le son se mêle à la lumière.Elle était donc couchée et se laissait aimer,Et du haut du divan elle souriait d'aiseA mon amour profond et doux comme la mer,Qui vers elle montait comme... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2016

Femmes damnées (2)

Femmes damnées (2) A la pâle clarté des lampes languissantes,Sur de profonds coussins tout imprégnés d'odeurHippolyte rêvait aux caresses puissantesQui levaient le rideau de sa jeune candeur.Elle cherchait, d'un oeil troublé par la tempête,De sa naïveté le ciel déjà lointain,Ainsi qu'un voyageur qui retourne la têteVers les horizons bleus dépassés le matin.De ses yeux amortis les paresseuses larmes,L'air brisé, la stupeur, la morne volupté,Ses bras vaincus, jetés comme de vaines armes,Tout servait, tout parait sa fragile... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2016

Jaya Su Su

Jaya Su Su  
Posté par fsetrin à 15:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 octobre 2016

http://culturainquieta.com/es/erotic/item/238-robert-mapplethorpe-maestro-de-la-fotografia-erotica.html    
Posté par fsetrin à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2016

http://culturainquieta.com/es/foto/item/10759-herb-ritts-maestro-del-desnudo-clasico.html    
Posté par fsetrin à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2016

http://culturainquieta.com/es/erotic/item/2505-fotografias-surrealistas-del-japones-eikoh-hosoe.html  
Posté par fsetrin à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2016

POURQUOI J'AI ABANDONNÉ LA POÉSIE

POURQUOI J'AI ABANDONNÉ LA POÉSIE     Poète j'étais.   Du moins le croyais-je.   Je poétisais déjà enfant. Une expérience à vingt ans de publication à compte d'auteur. Ruineuse donc jamais renouvelée. Et puis internet, les groupes de poésie d'abord, les réseaux sociaux ensuite et l'édition en ligne qui ne coûte que le prix de fabrication. Recueils jamais vraiment vendus. Distribués à la famille, aux amis. On me prêtait un certain talent. J'y ai cru. J'ai fini par me définir comme poète. Avec tout ce que cela... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
12 octobre 2016

Conclusion de la peste de Camus.

"Écoutant, en effet, les cris d’allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait ce que cette foule en joie ignorait, et qu’on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu’il peut rester pendant des dizaines d’années endormi dans les meubles et le linge, qu’il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 01:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]