15 décembre 2016

Érasme, éloge de la folie

Je vais sans doute en choquer parmi vous. Mais j'espère bien que l'on ne parviendra jamais à éradiquer la folie comme une maladie infectieuse. Cela signerait des bien dangereuses manipulations de l'encéphale humaine, assècherait toute vie psychique et rendrait inutile toutes les grandes questions que la folie nous lance quant à la nature de l'homme.   Je conserve le petit livre ci-dessous avec la même dévotion qu'un curé conserve son bréviare, un juif ss Thora, un mahométan son coran, une dévote bigote son missel.A lire et à... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2016

Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique,

« Peut-être qu’un jour, on ne saura plus bien ce qu’a pu être la folie. Sa figure se sera refermée sur elle-même ne permettant plus de déchiffrer les traces qu’elle aura laissées. Ces traces elles-mêmes seront-elles autre chose, pour un regard ignorant, que de simples marques noires ? Tout au plus feront-elles parties de configurations que nous autres maintenant ne saurions pas dessiner, mais qui seront dans l’avenir les grilles indispensables par où nous rendre lisibles, nous et notre culture. Artaud appartiendra au sol de notre... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2016

LA VILLE I

La ville.   Une femelle.   La ville,   c'est physique,n c'est charnel, en un mot comme en cent, c'est sexuel.   Simplement, purement, brutalement sexuel.   Je l'aime passionnément. Comme une femme.   Comme les femmes.   Comme toutes ces femmes qui m'ont fait bander, une minute, une heure ou une vie.   Une femelle qui sent le sexe en toutes saisons, qui s'offre sans façon à qui veut la prendre, par tous les temps, à tous les carrefours, dans tous les bars. Elle est ville ouverte,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2016

L'extase totale

Je ne parvenais pas à comprendre comment, un peuple européen, cultivé, comme le peuple allemand avait pu suivre, totalement fanatisé, Adolf Hitler comme un seul homme. Comment des officiers supérieurs avaient pu se soumettre à ce petit caporal qu'ils méprisaient. Ce livre ne répond pas à toutes mes questions, mais c'est une pièce importante du puzzle.   Hitler, polytoxicomane était le chef suprême et absolu d'un peuple de shootés, le commandant en chef d'une armée de toxicomanes. Et là, je commence à comprendre un peu mieux.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2016

La mort est mon métier.

Robert Merle fait parler Rudof Hoess, commandant d'Auschwitz. Pour qui n'est pas obligatoirement passionné par cette période de l'histoire, ce roman traduit parfaitement l'état d'esprit froid, mécanique, bureaucratique des nazis. Merle y met en évidence que non, et contrairement à ce que les bonnes âmes prétendent, les nazis n'étaient pas inhumains. Au contraire, ils étaient humains, terriblement humain. Seul l'humain a pu inventer des horreurs pareilles. Spécifiquement humaines. Hoess aimait sa femme, ses enfants et les embrassait... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2016

La zone d'inconfort / Jonathan Franzen

Dans une famille américaine middle classe et puritaine de l'Amérique profonde, entre une mère possessive et un père qui laisse faire, avec un grand frère hippie et révolté, ado mal dans sa peau et complexé par son physique aux "biceps en fromage blanc", la vie n'est pas facile, séduire les fille c'est mission impossible, se couler dans le moule des mecs du lycée, pas simple non plus. Sans apitoiement sur soi, sans plainte ni gémissement mais avec beaucoup de sensibilité, de finesse dans l'analyse, avec un zeste d"humour quand les... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2016

Le corps et l'esprit

Selon Christophe André, la pensée passe aussi par "la capacité d'amplifier les émotions agréables". © JPGuilloteau/L'Express L'un et l'autre sont aussi indissociables que les pensées et les émotions, explique le psychiatre Christophe André. Pour ce grand partisan de la psychologie positive, apprendre à gérer ces interactions nous permet d'améliorer notre santé. Les liens entre le corps et l'esprit ont longtemps suscité une grande méfiance en France. Comment l'expliquez-vous? Nous sommes une nation plus intellectuelle que... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2016

LES BOTTES SUEDOISES / MANKEL

Le dernier roman de Mankel. Suite des chaussures italiennes. Mankel sans doute vieillisant, peut être se sachant mourrant. Là, il nous raconte l'histoire d'un vieil homme qui en une nuit perd tout dans l'incendie de sa maison. Mais Mankel est auteur de polars. Qui a mis le feu à sa maison ? Qui a fait brûler d'autres maisons ? La solution de l'énigme en coup de théâtre. Mais ce n'est pas le plus importnt. Le plus importnt, ce sont les états de ce vieil homme qui renaît de ses cendres à lui.Avec une histoire très simple, un livre qui... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 02:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2016

LES DÉPENDANTS AFFECTIFS

Ce sont, à mon sens, et si l'on est pas soi-même dépendant les personnalités les plus difficiles à supporter, à subir devrais-je dire. Car on ne les supporte pas, on les subit comme des boulets qui s'accrochent à vous et ne vous lâchent pas. Je ne peux avoir de meilleure comparaison que celle du lierre qui s'accroche à un tronc et qui s'en nourrit.   La dépendance affective n'est ni plus ni moins qu'une addiction comme une autre. Comme l'alcoolique n'apprécie pas obligatoirement son verre, le dépendant affectif n'appréciera pas... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 02:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2016

LE MENDIGOT

Le mendigot.   C’est un pauvre. Mais ce n'est pas un pauvre de naissance ou par accident. Ce n'est pas un pauvre par manque de fortune, c’est un pauvre par ignorance de ce qu'est la fortune. Il peut bien coucher sur un tas de lingots, il ne sera jamais fichu de reconnaître la moindre pépite qui passe à sa portée.   Il lui manquera toujours une caresse pour faire un câlin comme d'autres manquent toujours d'un centime pour faire un euro.   Alors, le cœur toujours à la débraille, la cuisse d'avance hospitalière, il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]