21 janvier 2017

D'UN CORPS A L'AUTRE

On est né homme, on vit en homme, on se sent femme, on devient femme.Long chemin de croix qui parfois s'achève en Golgotha. Témoignage vivant, émouvant, souvent douloureux, sans fausse pudeur qui nous épargnerait les détails.Un chemin de vie hors du commun.Une approche de la trasexualité très concrète, sans pathos. Le livre d'une vie, d'un combat, loin de tout sensationalisme.   Un livre vivant, un livre de vie.  
Posté par fsetrin à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2017

AU HASARD DES BUISSONS

Errance.   Le cœur mis en tachycardie et la bouche en cale sèche.   A la recherche de l'extraordinaire, de l'impossible, mille, cent mille fois imaginés, mis en scène, répété comme une scène de théâtre, dans des séances d'onanisme prolongé.   Au bout des doigts rien d'impossible.   C'est souvent l'angoisse, la plupart du temps, qui nous précipite la tête en avant, prêt à tout et à n'importe quoi, mais sans intention réelle de passer à l'acte. Même si la tentation est violente.   Chercher, ne pas y... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 01:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2017

SAPIENS

Yuval Noah Harari nous trace en quelques cinq cents pages une brève mais complète histoire de ce très curieux animal, sapiens qui a réussi à dominer la planète, seule espèce d'hominidés à survivre parmi au moins six espèces différentes.   Pourtant ce singe ridicule avait bien peu de chances pour devenir le roi du monde.   Alors.   Comment et pourquoi Sapiens a bâti des empires, des religions, des nations, des droits de l'homme, les grandes idéologies, comment et pourquoi est-il devenu esclave de l'argent, des... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2017

L'HOMME BLESSÉ

   Il y a des jours, il y a des nuits où, bien au chaud sous sa couette, enfin, sous leur couette puisqu'ils y dorment à deux, la solitude lui manque.   Le bonheur d'être seul.   Il préférerait un bon tête à tête avec un livre, Beethoven ou Mozart ou quelqu'autre en fond. Avec peut être sur sa table de nuit, un verre de whisky. Du douze ans d'âge.   Parce qu'il n'a pas ce soir la tête à ça.   A ça, c'est à dire à la baise. Il en est à des milliards d'années lumières. S'il pense, c'est à des... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2017

DOROTHY

Le psychiatre Jane Morton est envoyée au sein d'une communauté recluse dans une petite île au nord de l'Irlande pour étudier le cas de Dorothy Mills, adolescente accusée de tentative de meurtre sur un bébé. Alors qu'elle vient en aide à Dorothy, elle tente d'affronter ses propres démons et d'éclaircir le secret qui hante une communauté repliée sur elle même et jaloiuse de ses secrets. Jane Morton n'est visiblement pas la bienvenue et on lui fait sentir. mais c'est là qu'elle rencontrera son destin. En toute conscience ? Le débat reste... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2017

ENTRE LE COUVENT ET LE BORDEL

Ah ! Sans prévenir.   Ça revient.   Bien avant mes vingt ans, quand la puberté se faisait trop exigeante, quand elle me semblait ingérable, quand c'était tellement trop j'avais déjà la tentation de renoncer à tout, ne plus vivre peut être, je ne savais pas, mais cesser. Le désir m'épuisait et la jouissance me laissait déprimé. Et puis entre la chatte des filles et la queue des garçons le choix était... cornélien. Trop cornélien pour que je ne choisisse pas et l'une et l'autre.   Je l'avais oublié, je le... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2017

LE DOIGT

  Si je lève le doigt, ce n'est pas pour demander à la maîtresse d'aller faire pipi. Je n'ai pas envie de pisser et j'ai passé, oh combien, l'âge d'en demander l'autorisation.   Si je le lève, ce n'est pas pour te doigter le bénitier petite sœur. Tu n'as nul besoin de mes services digitaux, tu te débrouilles très bien toute seule, comme une grande, quand je suis absent dans un sommeil trop grand.   Ce n'est pas non plus pour me curer le nez de quelques chiures gênantes.   Ni pour me gratter l'anus.  ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2017

LA SUPER MÈRE I

  La mère   Admirable.   Mère avant tout, mère jusqu'au bout des ongles, jusqu'au bout du compte en banque, jusqu'au bout du frigo, jusqu'au bout de ses nuits d'insomnie.   En elle, tout est mère, seulement mère, uniquement mère. C'est son mantra. Je suis mère de cet enfant.   Mère aimante, consolatrice de tous les maux de la terre, qui trouve toujours une solution à tout, mère pélican qui s'enlève le pain de la bouche pour nourrir son petit, mère courage, mère qui se dépouille d'elle-même, pleine... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2017

LES MÈRES PIÉTAS

   Maman a dit.   Impératif maternel : on ne demande pas, on ne réclame pas !   Interdit absolu, un tabou inviolable sous peine de je ne sais quelle malédiction éternelle proférée par je ne sais quelle divinité maléfique.   Interdit qui pèsera et qui en entrainera ipso facto beaucoup d'autres.   Seulement attendre et ne pas dire oui tout de suite, c'est mal élevé. Débord dire non merci. Toujours attendre qu'on lui propose au moins deux fois. Et s'en servir très peu. On ne se ressert pas.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

LA TENTATION DU COUVENT

Partir, foutre le camp, loin, loin de la vie, loin du monde, loin des hommes, loin des femmes. Loin du bruit insupportable, du caquetage insipide de mes contemporains.   Asile ! Asile ! Asile !   Une vie de moine.   Dans le jardin d'un couvent, écouter ces hommes simples prier en chantant un dieu auquel je ne crois pas, auquel je n'ai jamais cru. Peut être par détestation de la facilité et / ou goût du désespoir.   Fuir.Fuir ces grands messes sociales, ces rituels pluriannuels et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]