03 février 2018

NARCISSE LE MAL AIMÉ

Narcisse, le mal aimé.   Narcisse qui s'aime de cet amour qui dure toute une vie et qui meurt foudroyé de ne plus pouvoir s'aimer.   Quand il y a laissé sa peau et qu'il n'est plus que cendres.   Narcisse, le surpuissant parce qu'il ne connait jamais la souffrance de se mal aimé, ébloui de se connaître. Vivant dans cette cinquième saison riche, joyeuse, pleine d'un soleil qui ne jaillit que de ses yeux, dans laquelle Narcisse ne danse amoureusement qu'avec Narcisse. Dans la jouissance de sa grandeur.   ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 février 2018

L'ÉVEIL

Jouissives nuits froides et blanches d'insomnies, bouillon de culture fécond de nos névroses.   Absence de l'oubli dans l'éveil permanent d'une vertigineuse lucidité qui confine à la pornographie.   Bienheureux l’insomniaque qui, dans ses interminables nuits blanches, se tient de longues conversations, strictement privées donc sans aucune pudeur, avec le seul être qui compte vraiment dans ce vaste monde, soi même.   Intense moment d'intimité sans souci de pudeur, de séduction, d'aimer et d'être aimé. Sans se... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 janvier 2018

RETOUR DE LOURDES

Je rentre de Lourdes et j'en ai rapporté un vilain poème.   Lourdes, la ville aux dix mille vierges à vendre et une dans une grotte, elle aussi à vendre.   Qui ne sont plus vierges depuis le temps qu'on les fait tapiner pour sucer à genoux des glands auxquels elles ne donneront jamais d'orgasme.   Lourdes, la ville, que dis-je, la capitale des miracles authentifiés, certifiés par la très sainte, très catholique, très apostolique église très romaine.   Lourdes, où se retrouvent les pauvres hères, que la... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2018

NANCY HUSTON / LIGNE DE FAILLE

Une histoire de famille, sur quatre générations. Décortiquée avec la précision et lez froid d'un scalpel. Pour faire sortir les cadavres bien enfouis dans le placard. On commence par cet enfant, enfant gâté, enfant roi, hyper protégé par sa mère, qui jouit, se fait jouir en regardant des scènes de tortures en Irak. Rapidement insupportable, effrayant dans se réflexions qui montrent une maturité qui n'est pas de son âge. Mais il faut bien trouver un moyen d'échapper à l'étouffement maternel. Son père qui ne remettra jamais de son... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

DAVID VANN / L'OBSCURE CLARTÉ DE L'AIR

Médée, descendante du soleil qui n'aime que la nuit. Ni déesse ni femme. Médée, femme fatale, femme tragique née pour détruire, briser, jusqu'à l'horreur. Une femme libre qui brave tous les interdits pour maîtriser son destin, destin qu'elle assume jusqu'au bout de l'horreur, le meurtre de ses propres enfants. Une femme au milieu de ces hommes rudes qu'elle domine par la peur qu'elle leur inspire. Princesse assoiffée de pouvoir, amoureuse jusqu'à la passion de Jason qui la trahira, incarnation même de la prise de conscience de soi,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2017

EMILY FRIDLUND / UNE HISTOIRE DES LOUPS

Que fait donc cette adolescente livrée à elle-même, fille de parents déjantés, anciens hippies pas trop bien fabriquée, un peu sauvage, quand elle observe aux jumelles, entre les broussailles, les nouveaux voisins installés sur la rive d'en face du lac ? Un couple avec un enfant qui visiblement ont une vie bien plus aisée et facile que la sienne et qui viennent vivre, dieu sait pourquoi, au fin fond du Minnesota.. Le père travaille loin, n'est pas souvent là et la mère propose à la jeune fille de passer du temps avec elle et de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2017

SYLVAIN TESSON / PETIT TRAITÉ SUR L'IMMENSITÉ DU MONDE

Sylvain Tesson, un voyageur, un errant qui parcourt le monde. Il marche, il grimpe, chevauche, de bivouac en bivouac, dort sous un arbre ou sous un pont ou en haut d'une cathédrale au risque de se rompre le cou. Son petit traité est un précis de désobéissance sociale. Tesson vit par un choix qui semble bien définitif, à l'écart du troupeau humain. Il a choisi la nature vierge, sauvage, parfois peu accueillante voire dangereuse contre l'homme et son ordre établi, toujours plus menaçant que les vastes déserts que l'auteur parcourt.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2017

L'HERBE ET LA BAISE

In : https://www.vice.com/fr/article/xwvapk/pourquoi-certaines-personnes-sont-obligees-de-fumer-de-la-weed-avant-de-baiser-stressweek2017 Bienvenue sur On Edge, une nouvelle série d'articles qui décrypte le stress que nous subissons tous au quotidien et la manière de le gérer. Cet article a été initialement publié sur Tonic. Pour dire les choses simplement, le sexe sous weed est un truc génial. Le cannabis est un aphrodisiaque naturel, et il est donc tout à fait logique que des produits à base de cannabis soient si populaires... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2017

IRÈNE FRAIN / SORTI DE RIEN

  Le rien, anagramme d'Irène. Le rien, d'où sortent ces bretons rouges, républicains ou noirs, protestants. Donc mal vus dans cette Bretagne des années cinquante catholique et presque encore royale et rejetés sur une terre surtout riche de pierres. Des hommes et des femmes à l'image de ce pays de misère où tous les mythes, légendes, croyances armoricaines ou chrétiennes restent très vivace. Un jeune adolescent loué par sa mère omnipotente mais adulée après le certificat d'étude à un fermier sans pitié. Et qui finalement... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2017

ÉCOUTEZ-LES

  Si vous   vous êtes sourds   eux, ne sont pas muets.   Moi   Je vous dis qu'ils parlent, ils parlent un langage que vous ne possédez pas. Et pour les entendre, l'oreille, la simple oreille ne suffit pas. Ils parlent avec leurs silences douloureux, leurs cris d'appel désespérés, leurs mains comme ces oiseaux mazoutés et perdus, leur regard halluciné fracase sur ce point inconnu situé au delà de la ligne d'horizon, loin, très loin. Là où les emportent leurs délires explosifs et explosés, polymorphes... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]