20 août 2017

RÉFLEXIONS SUR LE SEXE

Le sexe, la baise, ma bite.   La trilogie infernale.   Le trépied du chaudron du diable.   Des décennies d'inquiétude, d'angoisse.   D'obsession jusqu'à la névrose.   Baiser ou ne pas baiser ?   A compter les heures, les jours, les semaines, à échafauder des ruses de sioux pour y parvenir.   Assurer ma sécurité sexuelle, tout le temps et en tous lieux. Comme si avant de traverser le désert, j'avais soigneusement repéré toutes les oasis.   Le refus du refus. Plutôt ne rien... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2017

IL N'Y A PAS D'ENFANT HEUREUX

Il n'y a pas d'enfant heureux.   C'est un fantasme d'adultes. Les adultes, même les spécialistes de la chose, n'y comprennent rien, sont tous ignorants du monde de l'enfance. Ils ont oublié leur propre enfance ou ont voulu l'oublier pour se consoler d'être des adultes.   Chimère d'adulte que la pureté, la naïveté, l'ignorance et l'innocence de l'enfant. L'enfant porte sur ses fragiles épaules tout le poids des lourds nuages sombres du malheur de vivre. Il peut en espérer de splendides orages mais plus tard, quand il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2017

INSOUMISSION

  Un jour   je me suis aperçu que des gens m'aimaient et par conséquent me contraignaient à les aimer.   Mais moi, je n'avais rien demandé.   On m'a forcé à l'amour, poussé à l'amitié, obligé à la tendresse, fortement incité à la douceur, à la non violence, à l'amour du prochain, à l'esprit de sacrifice, au désir sexuel et à l'orgasme, à l'adoration de l'argent, au besoin de vivre au sein du troupeau, à l'envie de me reproduire.   Mais aussi à la tristesse, à l'habitude du malheur, à la grande... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2017

LE PRÉDATEUR

    La chance d'écrire !   La chance d'écrire ?   Ne me redis jamais ça !   Écrire, une chance !   Je n'ai pas choisi d'écrire. Je n'ai rien choisi moi. Je n'ai pas décidé, un matin au réveil, tiens, je vais écrire. Je n'ai pas davantage décidé d'écrire que d'être hérédo-syphilitique. Je n'ai pas eu le choix.   Je n'écris pas pour le plaisir d'écrire.   Mais ces mots et puis ces phrases plein la tête qui tournent à t'en faire exploser la boitte crânienne, il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2017

ABANDONNÉ

  Quatre murs, un couple, usé par le trop long des soirs sans parole.   On a beau vivre dans les beaux quartiers, la nuit, c'est Stilnox Love ou Night Beuverie pour les miséreux.   Il est seul face à un miroir gris, triste comme un ciel de pays minier.   A ruminer des mots qu'il ne lui dira pas.   ces mots de pauvre type, ces mots de pauvre mec, ces mots de minable qui ne sait se coucher que dans le désespoir sur un oreiller d'impuissance.   Ne me laisse pas boire seul,   chérie. ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2017

LA BELLE MORT

    Rien ne justifie la vie.   Le simple fait de vivre est une absurdité fondamentale.   Mais tout légitime la mort par suicide.   Le suicide est une explosion lyrique qui surgit à la suite d'expériences essentielles, lorsque l'agitation intime de l'être atteint son paroxysme, quand les plaies et la souffrance ne sont plus que de simples manifestations externes mais qu'elles s'intègrent à la chair même de l'individu.   Le moment unique où l'on tient sa vie qui brûle enfin entre ses mains. ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2017

LE VISAGE DU DIABLE

Il y avait chez ce jeune garçon quelque chose de …   … diaboliquement féminin.   Et pourtant d’extrêmement viril dans sa grande jeunesse.   On se serait cru en présence d'un de ces êtres aboutis, achevés, plus loin , plus haut, plus profond que tous les autres.   Auprès de qui on a la sensation de prendre un bain de feu.   Une de ces créatures auxquelles, par instinct, on ne peut rien refuser, à qui tout, absolument tout, est accordé d'avance.   Pour qui et à qui l'on vendrait son corps et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
29 juillet 2017

SOLITIUDE DANS LA VILLE

   Et me voilà parti, reparti, anonyme dans la foule qui l'ignore, qui m'ignore, pour laquelle je n'existe pas, et qui pour moi n'est rien d'autre que du vide, du néant. La foule n'a que l'existence qu'on lui reconnaît. Mais la foule, par essence, n'a pas d'existence. Elle ne pense pas, ne parle pas, n'agit pas. Elle n'a pas de vie, ou alors une vie très végétative, entre le minéral et le végétal, dépourvue du temps et d'espace. Donc de conscience. On ne communique pas avec ce monstre difforme, léthargique, agité de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2017

LA FOULE

Je hais la foule.   Je ne peux pas me mélanger à la foule.   Il y a trop de promiscuité, tout le monde touche tout le monde. Je déteste.   La foule est lâche et couarde.   C'est cette foule de pauvres gens qui tond les femmes et se cache dans les caves comme des rats.   Toujours assoiffée de vengeance, elle veut des échafauds, des piloris, des croix, des guillotines. Elle n'a pas d'autre rêve, d'autre plaisir. Elle aime le sang et maudit le foutre et la cyprine.   Elle sue la frustration et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 juillet 2017

LES ANGES NOIRS

  Un hôtel banal près d'une gare.   Chambre avec vue sur le mur d'en face, fenêtre barrée par l'escalier de secours, une odeur persistante d'urine, d'humain ou de chat, et puis ce temps dehors dans une ville inconnue, perdue à désespérer l'hiver.   Il pensait ce soir faire l'amour avec elle, ou avec lui, c'était selon. Au hasard des rencontres.   Il n'aurait pas dû croire au hasard.   La vie en train de se refermer, comme un livre avant la fin de l'histoire.   Un livre obscène qui raconte des... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]