12 octobre 2017

LES VIEUX

  C'est affreux la vieillesse.   Ce corps qui qui fout le camp aux abonnés absents. Cette chair qui ne répond plus, qui n'attire plus personne. Et qui vous donne le dégoût de soi quand, par accident, vous la rencontrer dans le miroir de la salle de bains. C'est bien parce qu'il faut, même si ça ne sert plus à rien, rester propre sur soi. Il ne manquerait plus que l'on pue ! Déjà qu'un vieux ça ne sent pas bon !   Ces portes de la jeunesse, celle des autres, définitivement, irrémédiablement fermées. Qui... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 octobre 2017

LA CHUTE

    Devant le mur gris d'une église sans style qui se voudrait gothique dans le genre flamboyant qui pue la pisse de chat, de chien, et d'humain,   il pense   artiste de soi-même déchu, déjection canine parmi les déjections canines   Comme une sensation de mort imminente et injustifiée sous le soleil gris des vaincus.   Il n'a vécu sa vie qu'en la rêvant, il n'a pu la vivre que parce qu'il l'a rêvée, il a vécu à travers les femmes fantasmées, les hommes imaginés et ce troisième sexe qu'il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2017

LA HAINE

      Je hais les hommes pour leur stupidité, leur aveuglement et leur complaisance avec eux-mêmes, pour être totalement dépourvus de cette ironie qui signe le tragique de vivre, de cette auto dérision si nécessaire à l'intelligence, tout enrobés qu'ils sont de cette guimauve sirupeuse qu'ils appellent le bonheur.   Ecoeurant comme une orgie de barbe à papa.   Je hais les hommes pour leurs croyances en dieu, au diable, en l'homme, pour leur désir d'être bons, leur volonté d'être beaux, pour leur envie... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2017

NAUFRAGÉS VOLONTAIRES

   Experte.   Et gourmande.   Elle en réclamait toujours plus.   Et je ne pouvais rien lui refuser. Sa peau était trop douce, sa bouche trop chaude, sa chatte trop voluptueuse. Ses mains trop agiles. Ses aisselles trop humides. Ses seins trop réactifs. Son regard trop brûlant.   Elle était trop habile dans l'amour.   Elle aimait me faire jouir, avec son con, avec son cul, avec sa bouche ou dans ses mains.   Elle m'aimait. Elle m'aimait par le sexe. Elle m'aimait par le plaisir... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2017

J'ACCUSE

    J'accuse dieu.   D'avoir fait de nous les humains des êtres désirants et capables d'aimer ce qu'ils désirent. Et par là même de nous pourrir la vie, de nous jeter dans l'enfer des névroses dès lors que nous cessons d'être des fœtus, quand notre bouche se referme sur l'absence du sein qui nous nourrit.   De nous apprendre à vivre heureux de notre sort dans nos vaines espérances, dans nos frustrations, dans nos peurs, dans nos angoisses et dans ce besoin insupportable d'aimer et d'être aimés.   De... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2017

UNE POSSIBILITÉ D'OUBLI ?

  Pour oublier sa condition de misérable mortel, l'homme a inventé trois choses, dieu, l'alcool et le sexe.   Dieu est mort seul son cadavre persiste à nous empoisonner l’atmosphère. A nous intoxiquer gravement la psyché. A faire des nous des handicapés de la vie. Des paralytiques du désir et du sentiment.   Le sexe souvent décevant. Un court instant on perd la notion de la vie et de la mort. Mais une fois ressuscité de cette petite mort on retrouve ses souvenirs, la peur, la tristesse, l'angoisse et cette envie... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2017

LE TAUREAU

    Il aurait tant aimé s'entendre dire, par une femme, jeune, belle, intelligente, tu es beau, tu es grand, tu es fort. Tu es mon taureau furieux.   Il se regardait souvent dans son miroir de pied. Il ne voyait qu'un corps chétif, rabougri, aux muscles d'athlète dénutri, aux os visibles sous la peau comme sous les rayons X pourvu d'une virgule ridicule au bas du ventre. Et sur ce corps, une tête mal taillé à coups de serpe mal aiguisée percée d'une bouche trop grasse, d'un nez trop long et épais, d'yeux trop... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2017

LA VOLONTÉ D'ÊTRE AIMÉ(E)

  Vous voulez être aimé(e). Vous avez la volonté farouche que l'on vous aime. Vous vendez père, mère et votre âme au diable ou pire à dieu, pour cela. Vous jouez les stars en vous trainant comme des chiens aux pieds de l'être, non pas aimé(e) mais dont vous désirez si fort être aimé(e). Que vous l'aimiez ou non, point de détail sans, mais alors sans vraiment, aucune importance. La question ne se pose du reste même pas. Vous me direz que puisque vous voulez que l'on vous aime c'est que vous aimer. A voir... Rien n'est moins... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2017

NE PAS ENTRER, DANGER DE MORT

     En cas d'amour   trouvez une issue de secours et fuyez. Fuyez loin, fuyez haut, fuyez profond. Prenez vos jambes à votre cou et détalez comme un lapin qui va se cacher au fond de son terrier, comme un chien courant qui a le feu au cul.   Il ne peut vous arriver rien de pire.   Vous aimez, on vous aime, vous ressentez de la joie, vous sautez comme un cabri pubère que le printemps éveille. Vous êtes au comble de la béatitude, vous vous croyez au paradis.   Vous avez passé les portes de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2017

L'ORGASME MUSICAL

    Je suis, à ma grande surprise, toujours vivant malgré cette tentation du suicide qui revient de façon récurrente quand j'en ai marre de vivre à la dérive dans ma tragédie intime d'impuissant psychique. Je le dois à la musique. Ce qui me maintient debout, vivant, extraordinairement c'est la musique, c'est à dire les orgasmes qu'elle me procure. Longs, violents et doux à la fois. En musique je suis polyorgasmique. Je peux exploser cents fois pendant une symphonie, de Beethoven, un aria de Verdi, un concerto de Mozart... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]