21 janvier 2018

RETOUR DE LOURDES

Je rentre de Lourdes et j'en ai rapporté un vilain poème.   Lourdes, la ville aux dix mille vierges à vendre et une dans une grotte, elle aussi à vendre.   Qui ne sont plus vierges depuis le temps qu'on les fait tapiner pour sucer à genoux des glands auxquels elles ne donneront jamais d'orgasme.   Lourdes, la ville, que dis-je, la capitale des miracles authentifiés, certifiés par la très sainte, très catholique, très apostolique église très romaine.   Lourdes, où se retrouvent les pauvres hères, que la... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2017

ÉCOUTEZ-LES

  Si vous   vous êtes sourds   eux, ne sont pas muets.   Moi   Je vous dis qu'ils parlent, ils parlent un langage que vous ne possédez pas. Et pour les entendre, l'oreille, la simple oreille ne suffit pas. Ils parlent avec leurs silences douloureux, leurs cris d'appel désespérés, leurs mains comme ces oiseaux mazoutés et perdus, leur regard halluciné fracase sur ce point inconnu situé au delà de la ligne d'horizon, loin, très loin. Là où les emportent leurs délires explosifs et explosés, polymorphes... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2017

PARIS SUR SEINE

  Paris sur Seine. C'est triste.   La reine du monde est nue et peroxydée.   C 'est triste Paris quand on y gèle sur pied parce que l'on y fuit la vieillotte province de ses amours crevées comme une baudruche d'enfant. Et toutes les condoléances de ses meilleurs amis qui, désolés, ne peuvent rien faire, mais restent là au cas où...   A tourner pour trouver on ne sait quoi dans Pigalle, la rue Saint Denis ou celle de la Gaîté, à erre entre les travs du bois de Boulogne, on se taille un costume.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2017

SUIS-JE FOU ?

    Qui est fou ? Qui ne l'est pas?   Et moi-même, suis fou ou non fou ? De quelle côté suis-je, de cette frontière très floue, très variable entre le fou et le non fou ? Et d'abord où se situe cette frontière ? Si tant est qu'elle existe, qu'elle soit réelle. Car reste à démonter au delà des apparences qu'il existe quelque chose qui distingue le fou du non fou, le sensé de l'insensé.   Suis-je fou ou non fou, sensé ou insensé ?   Connais toi et tu connaitras l'univers et les... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2017

DIT DE L'ANGOISSE

  Plus belle la vie !   Mais plus belle que qui, putain, plus belle que quoi ?   Comment tu peux dire une telle connerie ?   Répéter ce mantra des poubelles ?   Tu l'as vue, la vie, la madone des cercueils, quand elle danse son slow funèbre dans lequel elle nous entraine tous, la salope d'allumeuse qui fait croire que et qui ne t'éteint qu'une fois mais pour de bon, tu l'as bien regardée ?   Tu l'as rencontrée où, dis-moi. Entre les lèvres vaginales de ta mère. En... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2017

PAR LA FENÊTRE

  Je les vois, là, dehors, ils tapinent sur les trottoirs, offrant au premier regard venu leurs moignons et, indécence suprême, leur âme scrofuleuse mise à poil en attendant l'improbable miracle d'un roi guérisseur d'écrouelles.   Je les regarde, tous, toutes, les mendiants de l'amour, les SDF de l'affect, les handicapés de l'émotion, les paralytiques du désir qui se trainent avec leurs béquilles, leur fauteuil roulant, leur déambulateur.   Tous crevards, pornographes chômeurs de l'orgasme qui me reprochent, sur... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2017

EXÉCUTION CAPITALE

   Quatre heures du matin. C'est l'heure, courage mon ami. Je ne suis pas son ami, il n'est pas mon ami. Je n'ai pas d'ami. Je n'ai jamais eu d'ami. J'ai trop la haine de l'humanité.   Ils m'ont rasé la tête, découpé ma chemise. Servi le dernier repas, ce n'est pas de faim que je vais mourir. Le dernier coup à boire. Pas assez pour me bourrer la gueule jusqu'à l’inconscience. Un verre, un petit verre, c'est peu. Il y a même un curé qui veut absolument me faire baiser son crucifix. Je lui dit d'aller se faire... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 octobre 2017

MATER DIXIT

Ce n'est qu'une une gueule mais gigantesque, obscure, béante, où brillent ces crocs brûlants qui de ta naissance à ton dernier soupir te lacèrent le corps et l'esprit, pendant que dans ton estomac s'enfoncent les doigts crochus et effilés de la culpabilité et t'y injectent leur poison lancinant. Une gueule qui te souffle son haleine puante, purulente et corrosive.   Ce monstre terrifiant, c'est... Maman a dit.   Donner pour ne pas recevoir, souffrir pour ne pas jouir, nuire à ce prochain que tu dois aimer plus que... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2017

ÉCRIVAIN PUBLIC

   Y en a.   Y en a qui écrivent. Enfin, ils disent écrire.   Ils s'auto proclament, insupportable prétention dans la vacuité absolue de leur manque de talent, poète, poétesse, écrivain, écrivaine, auteur, auteure, le E ne s'entend pas, dommage il change tout.   Oh, comme ils écrivent de fort belles, fort poétiques choses. Il parle du temps qu'il fait et de l'amour avec le même romantisme hyper sucré, sucré ad nauseam.   Tout est merveilleux mais rien n'est vrai.   ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 octobre 2017

BAPTÊME

  Il ne leur suffisait pas de me concevoir et de me faire naitre. Il fallait en plus qu'ils me fassent baptiser.   Alors, ils ont déversé des vagues de miserere et prends pitié de lui Seigneur, pardonne lui.   Mais me pardonner quoi ? Le simple fait d'être né ? La faute à qui ? C'était plutôt à eux de se faire pardonner de m'avoir imposé cette absurdité de vivre, de n'avoir plus su, un court instant, ce qu'ils faisaient.   C'est dans le cul poussiéreux d'une église toujours pucelle depuis le... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]