23 février 2018

PETIT ÉLOGE DU CUL

  Je jouis, donc je suis.   Si je pense, j’oublie que je suis, j'oublie mon corps, je m'oublie, j'oublie de jouir, j'oublie d'être. Je ne peux être que par le désir et le plaisir de ma chair.   Quittons les hautes sphères des pensées éthérées et désincarnées, des idées absconses qui n'explique rien, ne répondent à aucune question. Pour redescendre, ou plutôt revenir, à notre niveau humain, d'animal animé par le désir et le plaisir sexuel. Sans doute bien davantage que tous les autres animaux.   Soyons... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2018

RUBENS

  Ses femmes me font bander.   Passionnément bander.   Tellement elles sont jouissives sous leurs airs de vierges et de saintes.   Voilà où est le génie de ce type. Qu'il peigne des vierges et des crucifixions, des bonnes sœurs et des bourgeoises, des vieilles et des fleurs d'adolescence,   ce sont toujours des femelles absolument bandantes, grasses et blondes aux généreux seins blancs, presque transparents, à la chatte probablement couleur de blé mûr parce qu'elles sont filles de la mer du Nord. ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2018

LES AUTEURS FOUS

  Nous écrivons.   Une histoire très simple au fond. Banale. Mais une histoire. Notre histoire. Car nous avons une histoire. Tant de gens n'ont pas d'histoire et je ne suis pas certain qu'ils soient réellement des gens heureux. Je ne suis pas sûr que nous soyons des gens heureux. Mais nous avons une histoire.   On s'est connus, un soir de fin d'automne ou de début d'hiver, sous la pluie d'octobre ou de novembre. Et nous nous sommes raconté nos vies. Il y avait de quoi noircir des pages et des pages.   Et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2018

SOUVENIRS D'ENFANCE

C'est beau le gris. C'est couleur pisse muraille, c'est beau, ça va avec tout, avec tout et surtout avec la déprime. Avec les jours de déprime quand ça pleut de l'intérieur.   Ça ne se remarque pas, incolore, inodore, insipide.   C'est léger quand on se sent trop lourd devant les vitrines de noël, sous les flonflons de la fête quand la famille s'amuse avant de se foutre sur la gueule. A ce moment là ça évite de se saouler bêtement la gueule comme tout un chacun parce qu'il fut absolument se concentrer sur son spleen... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2018

LE MAUVAIS RÊVE

   Je faisais souvent, autrefois   dans une vie antérieure   ce mauvais rêve.   Il commençait par une tête de mort aux yeux ouverts en grand qui me souriait de toutes ses dents en me tendant des bras absents.   Ça puait la charogne comme une enfance trop mais mal masturbée.   Et puis une femme.   Une femme qui y offrait sa bouche et son sexe à ma pornographie.   Ce n'était pas une femme mais un méchant oiseau charognard qui me guettait pour me nettoyer le squelette de toute... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2018

NARCISSE LE MAL AIMÉ

Narcisse, le mal aimé.   Narcisse qui s'aime de cet amour qui dure toute une vie et qui meurt foudroyé de ne plus pouvoir s'aimer.   Quand il y a laissé sa peau et qu'il n'est plus que cendres.   Narcisse, le surpuissant parce qu'il ne connait jamais la souffrance de se mal aimé, ébloui de se connaître. Vivant dans cette cinquième saison riche, joyeuse, pleine d'un soleil qui ne jaillit que de ses yeux, dans laquelle Narcisse ne danse amoureusement qu'avec Narcisse. Dans la jouissance de sa grandeur.   ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 février 2018

L'ÉVEIL

Jouissives nuits froides et blanches d'insomnies, bouillon de culture fécond de nos névroses.   Absence de l'oubli dans l'éveil permanent d'une vertigineuse lucidité qui confine à la pornographie.   Bienheureux l’insomniaque qui, dans ses interminables nuits blanches, se tient de longues conversations, strictement privées donc sans aucune pudeur, avec le seul être qui compte vraiment dans ce vaste monde, soi même.   Intense moment d'intimité sans souci de pudeur, de séduction, d'aimer et d'être aimé. Sans se... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 janvier 2018

RETOUR DE LOURDES

Je rentre de Lourdes et j'en ai rapporté un vilain poème.   Lourdes, la ville aux dix mille vierges à vendre et une dans une grotte, elle aussi à vendre.   Qui ne sont plus vierges depuis le temps qu'on les fait tapiner pour sucer à genoux des glands auxquels elles ne donneront jamais d'orgasme.   Lourdes, la ville, que dis-je, la capitale des miracles authentifiés, certifiés par la très sainte, très catholique, très apostolique église très romaine.   Lourdes, où se retrouvent les pauvres hères, que la... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2017

ÉCOUTEZ-LES

  Si vous   vous êtes sourds   eux, ne sont pas muets.   Moi   Je vous dis qu'ils parlent, ils parlent un langage que vous ne possédez pas. Et pour les entendre, l'oreille, la simple oreille ne suffit pas. Ils parlent avec leurs silences douloureux, leurs cris d'appel désespérés, leurs mains comme ces oiseaux mazoutés et perdus, leur regard halluciné fracase sur ce point inconnu situé au delà de la ligne d'horizon, loin, très loin. Là où les emportent leurs délires explosifs et explosés, polymorphes... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2017

PARIS SUR SEINE

  Paris sur Seine. C'est triste.   La reine du monde est nue et peroxydée.   C 'est triste Paris quand on y gèle sur pied parce que l'on y fuit la vieillotte province de ses amours crevées comme une baudruche d'enfant. Et toutes les condoléances de ses meilleurs amis qui, désolés, ne peuvent rien faire, mais restent là au cas où...   A tourner pour trouver on ne sait quoi dans Pigalle, la rue Saint Denis ou celle de la Gaîté, à erre entre les travs du bois de Boulogne, on se taille un costume.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]