18 février 2019

NAISSANCE

Je ne t'ai jamais raconté ma naissance ?   Tu vas rire.   Écoute-moi.   Parce que ça vaut le détour, ma venue au monde.   Ce coup de pied du hasard dans la fourmilière d'une loterie pipée d'avance.   Cet accident survenu dans un monde qui ne s'y attendait pas, qui n'y était pas préparé.   Je m'en souviens parfaitement. Ils me disent que ce n'est pas possible. Que personne ne peut se rappeler sa naissance. Que je suis mythomane ou que je délire. Mais toi, Vieille Dame, toi,   tu... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 février 2019

ÉCRIRE OU NE PAS ÉCRIRE

Telle est la question.   Qu'écrivez-vous actuellement ?   Une façon pour me dire et me faire reconnaître moi-même que j'écris, que je suis un écrivain.   Je ne suis pas un écrivain. Rien ne serait plus faux que de le prétendre. Ni écrivain ni poète. Certains me parlent de poésie. Mais je n'y connais rien pour écrire de la poésie !   Je suis un tâcheron du bâtiment.   Je n'écris pas, je bâtis.   Des murs.   Normal, je suis le petit fils d'un tailleur de pierres. Question... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 février 2019

FUNAMBULE

  Un jour   un homme savant   un sage réputé de raison   et alors que je lui avouais n'y comprendre rien   m'a répondu :   connais-toi toi-même et tu connaitras l'univers et les dieux.   J'en ris encore.   Parce que moi je veux bien mais...   Je ne crois pas aux dieux. Laissons tomber. Ils ne sont qu'une épine de plus plantée dans le pied des hommes et ça leur monte à la tête. Ça ne les aident pas à marcher.   Quant à l'univers...   Vois-tu VieilleDame,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2019

A MON INSU JE SUIS DEVENU FOU

Ne crois pas que la folie se décrète.   Comme on décrète une rupture amoureuse parce que la soirée d'hier a été la soirée de trop.   Je n'ai pas décidé un matin, sans doute tout à fait ordinaire, de rompre avec la raison. Em me disant, à partir de cet instant je suis fou simplement parce que j'en ai envie, que je trouve ça amusant, original. Je n'ai jamais voulu me mettre en couple pour le meilleur et pour le pire avec cette salope. Avec elle, aucun meilleur à espérer. Il n'y a que le pire. Et le pire du pire   ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2019

LES VIEILLES

Je n'aime pas les jeunes femmes, les femmes jeunes. Elles ne me font pas fantasmer. Elles ne m'excitent pas. Elles n'ont pas d'histoire à me raconter avec leur corps trop lisse. Des anatomies de statues. C'est beau les statues. Mais c'est froid. Sans regard pour y lire leur âme. Peut être n'ont-elles pas encore d'âme. Il faut avoir vécu pour avoir de l'âme.   Trop compliquées aussi. Leur enfance n'est pas loin. Elles ne sont pas sorties de la gadoue juvénile. Elles ont plus besoin d'un psychanalyste que d'un amant finalement.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 11:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 janvier 2019

LA LETTRE

Un soir.   Un soir opaque comme la merde   de l'abandon, du manque d'elle, en errance entre le désespoir en l'autre et la misère de soi.   Et de lucidité acide.   Il lui a écrit.   Mon cher amour   jamais pauvre ni dérisoire   toi et moi   et à quel point   faut-il que l'on s'aime.   Pour résister à ces nuits meurtrières et sans pardon, pour rester des aimants, des amants, des vivants.   Ces nuits où l'on décide de boire méthodiquement, avec application,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 décembre 2018

LE MOT

Il est énorme, ce mot.   Il fait peur.   Alors on l'a vidé de sens.   On ne le prononce jamais en toute conscience de ce qu'il signifie. On préfère utiliser des termes savants presque ésotériques ou des périphrases compliquées et absconses.   Énorme.   De tout ce qu'on lui fait porter. Tant de choses qui souvent n'ont rien à voir avec la chose qu'il est sensé définir.   Tout à fait à côté de la plaque.   Énorme.   A ne pas pouvoir se le mettre en bouche comme tous les autres... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2018

LA CHUTE D'ICARE

Il a cru.   Il a cru qu'il avait trouvé sa perle rare.   Celle qui saurait apaiser le monstre en souriant. Qui en changerait le visage. En résoudrait l'énigme. Lui donnerait un sexe définitif. Le guérirait de la peur du danger de vivre et de jouir. Qui lui rendrait son corps dont il n'aurait plus honte des plaintes. Par laquelle il cesserait de tuer fatalement ce qu'il aimait si intensément. A ne plus être l'instrument de sa propre exécution, sa suprême jouissance. Qui lui ferait savoir ce qu'il faut savoir pour ne... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2018

LES ADJECTIFS

Tu ne me parles jamais de moi.   J'aimerais que tu me parles de moi.   Que tu me dises que je suis belle.   Belle !   C'est quoi ça, belle ?   Un adjectif.   Je déteste les adjectifs.   Enfin, réfléchis un peu si tu n'es pas totalement aveuglée par   Je te le dis. Tu es belle. Et alors ? Ça va te faire plaisir, tu seras contente.   Mais ça n'aura aucun sens. Ce n'est qu'un adjectif. Donc rien de vraiment signifiant. Même si je te le décline dans toutes les... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

LA TOUR MARGUERITTE

Il le sait.   Il a toujours été tragiquement lucide.   La démence viendra, peut être, qui sait, avant la mort.   Elle entrera sans frapper et s'installera dans son encéphale pour lui arracher la mémoire. Comme une araignée pour lui grignoter la souvenance.   Avant d'être oublié, il aura tout oublié.   Parfois, peut être, un inexplicable éclair de reconnexion.   Fugace.   Qui ne lui évoquera rien.   Un sein ou un sexe de femme, un goût de baiser ou de chair féminine, une... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]