15 janvier 2017

ENTRE LE COUVENT ET LE BORDEL

Ah ! Sans prévenir.   Ça revient.   Bien avant mes vingt ans, quand la puberté se faisait trop exigeante, quand elle me semblait ingérable, quand c'était tellement trop j'avais déjà la tentation de renoncer à tout, ne plus vivre peut être, je ne savais pas, mais cesser. Le désir m'épuisait et la jouissance me laissait déprimé. Et puis entre la chatte des filles et la queue des garçons le choix était... cornélien. Trop cornélien pour que je ne choisisse pas et l'une et l'autre.   Je l'avais oublié, je le... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2017

LE DOIGT

  Si je lève le doigt, ce n'est pas pour demander à la maîtresse d'aller faire pipi. Je n'ai pas envie de pisser et j'ai passé, oh combien, l'âge d'en demander l'autorisation.   Si je le lève, ce n'est pas pour te doigter le bénitier petite sœur. Tu n'as nul besoin de mes services digitaux, tu te débrouilles très bien toute seule, comme une grande, quand je suis absent dans un sommeil trop grand.   Ce n'est pas non plus pour me curer le nez de quelques chiures gênantes.   Ni pour me gratter l'anus.  ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

LA TENTATION DU COUVENT

Partir, foutre le camp, loin, loin de la vie, loin du monde, loin des hommes, loin des femmes. Loin du bruit insupportable, du caquetage insipide de mes contemporains.   Asile ! Asile ! Asile !   Une vie de moine.   Dans le jardin d'un couvent, écouter ces hommes simples prier en chantant un dieu auquel je ne crois pas, auquel je n'ai jamais cru. Peut être par détestation de la facilité et / ou goût du désespoir.   Fuir.Fuir ces grands messes sociales, ces rituels pluriannuels et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2016

LES ARTRISTES

  On se voulait artistes en la matière.   Nous ne sommes que des artristes.   Comment a-t-on fait pour y croire ? Pour nous croire ? On se pensait dans l'éternel printemps quand nous sommes depuis la nuit des temps dans un hiver comme c'est l'hiver sur une ville perdue de l'est. Parce que nous ne sentions pas encore ni le froid ni l'humidité, couverts d'illusions comme nous l'étions.   On a fait la fête, on a pris des bains de mer, on s'est perdus dans le brouillard en riant et en dansant sur un... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2016

LA PETITE PRINCESSE SENTIMENTALE

  Petite fille attardée qui jouait à la grande dans son immaturité affective crasse.   Petite fille dépendante dans son constant besoin d'être rassurée, de se rassurer, qui se racontait des histoires à la guimauve. Qui à quarante ans, tremblait encore devant son « papa ».   J’étais ton prince charmant, tu étais ma belle au bois dormant.   Ton romantisme suranné sentait le bouquet fané sous la poussière. Tu ne nous vivais pas, tu nous rêvais.   Tu te bâtissais, jour après jour, le château... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2016

DIEU A RATÉ SON COUP QUOIQUE / II

Voilà pour la forme.   Quant au fond...   Là aussi, c'est chargé.   Je me contente de cette intelligence moyenne qui est la mienne et qui me permet de saisir le sens d'un minimum de choses.   Mais pourquoi, hein pourquoi, quelqu'un peut-il m'expliquer, pourquoi lui a-t-il fallu charger ma mule de cette incapacité à comprendre le problème, même le plus simple, de mathématiques ? Et comme dieu est généreux avec moi, il m'a fait dyscalculique... Oh ! Cette longue douleurs pendant les cours de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2016

DIEU A RATÉ SON COUP QUOIQUE /

  Si, contre toute raison, dieu existe, comme il a tout créé, il m'a donc créé.   Et si dieu m'a créé, il a raté son coup.   Le con !   Pourquoi m'avoir sorti du néant pour me jeter, sans explication, dans ce monde, dans cette famille ? Cela n'a aucun sens. Cela ne présente aucun intérêt. Le sens de rotation de la terre et des aiguilles de la montre n'en a pas été changé. Totalement inutile. Il n'y avait aucune nécessité.   A moins. A moins que ce connard de dieu ait décidé, un jour où il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2016

LES TROIS CHARLATANS

Jésus, né d'une gestation pour autrui. Dieu le père avait besoin de louer un ventre et des spermatozoïdes pour se faire un fils. Cet omnipotent n'a pas été fichu de se le tricoter lui-même alors que quelques millénaires avant il avait créé l'univers. Jésus, mort puceau sur une croix dont on trouve partout des morceaux. Enfin, on le dit. Ce type a passé sa vie au milieu des femmes et de putes authentiques. Et il n'aurait jamais baisé ? Ou il était impuissant ou pédé comme un phoque. C'est vrai qu'avec Jean son apôtre préféré qui... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2016

L'ARTISTE RATÉ

Acceptons l'idée, absurde par définition, mais acceptons l'idée de l'existence de ce dieu unique, créateur du ciel et de la terre, de l'univers tout entier.   Acceptons l'idée saugrenue que nous autres les humains, nous sommes ses créatures, modelées à son image dans un peu de glaise. Il ne nous est d'ailleurs pas précisé avec quoi il a fabriqué le reste de l'univers. Pensée magique peut être. Bref fatigué sans doute, il prend un peu de poussière, crache et souffle dessus et nous voilà !   Puisque créés à l'image de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2016

A MORT LA FAMILLE

A mort la famille et bienheureux les orphelins !   La famille ?   Un lieu clos et obscur, un long très long, trop long tunnel pour y voir la moindre trace de lumière. Je vis dans la nuit, sans une promesse d'aube. J'ignore que le jour existe, que le soleil brille et chauffe. J'ai froid. J'ai peur. Je ne peux pas respirer. Mes cris meurent d'étouffement avant que je puisse les pousser. L'obscurité me semble immense, infinie. Et pourtant, chaque fois que je remue, je me cogne à des choses que je ne vois pas.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 02:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]