03 mars 2017

LE FLEUVE

Paris lui était devenu triste. Ce n'était plus la ville de ses amours adultères et glorieuses qui venaient s'y cacher. Mais c'était avant. Avant qu'elle disparaisse dans le brouillard pour ne plus revenir. Avant qu'il fuit la province pour ne plus la rencontrer au hasard d'une rue. Pour éviter que ses anciens amis ne lui présentent leurs condoléances pour ses amours mortes. Il s'était réfugié à Paris, Paris qui lui garantissait un parfait anonymat et aucune rencontre malencontreuse.   Il évitait d'évoquer ses souvenirs. Il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2017

LADY BOY

      « Je croyais voir unis par un nouveau dessinLes hanches de l'Antiope au buste d'un imberbe, » Charles Baudelaire     Étrange créature, créature du bizarre.   J'en suis fasciné et troublé. Depuis sa découverte accidentelle, sur le papier glacé de ma pornographie adolescente. Elle illustrait mentalement, lors de mes séances onanistes, Les bijoux de Baudelaire, le plus grand des poèmes érotiques. Le plus violent aussi. Jeanne Duval était une transsexuelle. Sinon physiquement, du... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2017

UNE CHOSE ÉTRANGE

  C'est une chose étrange que la vie. Pourquoi, à l'insu de tous, et surtout de moi-même, suis-je sorti du néant ? Naitre ou ne pas naitre telle n'était pas la question.   Mais personne ne me la posait. Personne ne se la posait.Voilà.   Et je suis né.   Que suis-je, qui suis-je ?   Les cartes étaient battues d'avance.   Le jeu du hasard et des chromosomes.   Que pouvais-je choisir d'être quand je ne choisissais pas d'être ?   Comment aurais-je reconnu tous ces... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2017

LES ÉTRANGÈRES

J'avais treize ans. J'étais un très jeune adolescent, en pleine croissance. Ma puberté éveillée précocement était exigeante et imaginative.   Envie de voyages, inclination à l'errance, recherche du nouveau, attrait de l'inconnu, je ne sais pas. Ce que je sais c'est que les filles trop proches ne m'inspiraient rien dans mes fantasmes onanistes. Il me fallait des étrangères. Apprendre la géographie et les langues étrangères par le sexe. Il y avait le choix dans le quartier. Espagnoles, arabes, portugaises, slaves, et gitanes. ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2017

COMPLEXE DE CÉSAR

   Croyez-vous que je suis comme vous, que je vous ressemble, que je suis votre semblable ?   Non,   oh hominidés bipèdes bimanes et unisexes,   non, je ne suis pas votre semblable.   Je ne veux pas, je ne peux être votre semblable.   Parce que nous ne sommes pas vous et moi, oh les humains, de la même race. Tout nous distingue, tout nous sépare. Rien ne peut nous réunir. Nous n'avons pas été conçus dans le même utérus, nous ne sortons pas du même vagin. Nous n'avons aucune chair en... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2017

ALEXIS TIMIC

Sous ses airs de dandy cultivé, Alexis Timic est un drôle de type. Il n'a pas de rire, pas de larme. Juste un sourire juste un peu ironique qui met la distance. Qui le met en scène. Loin du monde. Sans en avoir l'air, il est toujours absent, renfermé dans un monde que lui seul connaît et où personne ne peut entrer. On dit de lui que c'est un sauvage, un asocial. Pourtant, s'il est d'humeur, il peut se montrer charmeur, séducteur parfois à la limite de l'hystérie. On ne lui connait ni ami ni amour. Il n'appartient à aucun groupe, n'a... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2017

AINSI VA LE MONDE

Ainsi va le monde. Ainsi vont les hommes.   On ne refera ni l'un ni les autres.   Inutile et vain d'accuser les politiques, les guerriers, les industriels, les financiers, les pollueurs de tous poils, les émmigrés, les citoyens de base... Malgré toute leur prétentieuse suffisance, ils n'y sont pour rien. Quoiqu'ils en pensent, ils n'ont pas les règles du jeu. Inutile et vain de geindre, de se lamenter. Inutile et vain de tourner les mains et le visage vers le ciel pour une absurde prière en s'auto flagellant. Il n'y a... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2017

TEMPS DÉRAISONNABLES

  Le temps est au gris.   Tout est gris, la fenêtre est grise, la chambre est grise, l'hôtel est gris, les murs et les toits d'en face sont gris, la rue est grise, le quartier est gris, la ville est grise. Même la lumière du néon est grise.   Le monde entier est uniformément gris.   Lui aussi, se sent gris et sale. Et vaguement envie de vomir.   Grisaille de la tristesse et de la crise d'éthylisme aigüe d'hier soir dans un bar de rencontre, dans un bar de hasard où il a raconté sa vie à un autre... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 01:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2017

AU HASARD DES BUISSONS

Errance.   Le cœur mis en tachycardie et la bouche en cale sèche.   A la recherche de l'extraordinaire, de l'impossible, mille, cent mille fois imaginés, mis en scène, répété comme une scène de théâtre, dans des séances d'onanisme prolongé.   Au bout des doigts rien d'impossible.   C'est souvent l'angoisse, la plupart du temps, qui nous précipite la tête en avant, prêt à tout et à n'importe quoi, mais sans intention réelle de passer à l'acte. Même si la tentation est violente.   Chercher, ne pas y... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 01:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2017

L'HOMME BLESSÉ

   Il y a des jours, il y a des nuits où, bien au chaud sous sa couette, enfin, sous leur couette puisqu'ils y dorment à deux, la solitude lui manque.   Le bonheur d'être seul.   Il préférerait un bon tête à tête avec un livre, Beethoven ou Mozart ou quelqu'autre en fond. Avec peut être sur sa table de nuit, un verre de whisky. Du douze ans d'âge.   Parce qu'il n'a pas ce soir la tête à ça.   A ça, c'est à dire à la baise. Il en est à des milliards d'années lumières. S'il pense, c'est à des... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]