24 mai 2020

ERRANCE

Errance.   Le cœur mis en tachycardie et la bouche en cale sèche.   A la recherche de l'extraordinaire, de l'impossible, mille, cent mille fois imaginés, mis en scène, répété comme une scène de théâtre, dans des séances d'onanisme prolongé.   Au bout des doigts rien d'impossible.   C'est souvent l'angoisse, la plupart du temps, qui le précipite la tête en avant, prêt à tout et à n'importe quoi, mais sans intention réelle de passer à l'acte. Même si la tentation est violente.   Chercher, ne pas y... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2020

TU ES LAIDE MAMAN

Aujourd'hui, jour d'été. Un jour à marcher dans les rues, à errer, sans raison, sans destination, sans objectif déterminés une fois pour toutes. Voilà le genre de choses qui la rend furieuse. Tu dois savoir où tu vas, tu dois avoir un but précis Clara. Sans but précis on n'avance pas dans la vie ma fille.   Jusqu'à la place au vieux marché aux chevaux. Main dans la main avec un mec, jeune bien sûr. La reine mère aime la chair fraiche et elle les finances pour sen consommer sans modération. Le dernier étalon en date je... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2020

LA GROSSE TRUIE

Petite bonne femme boulotte et sans grâce transpirant la graisse rance de sa méchanceté. Maquillée comme un camion volé mais à l'impeccable brushing. Avec l'air toujours fatigué et chagrin de celle qui doit tout faire parce qu'elle est la seule à bien faire. Plantée sur les deux poteaux courts et épais qui lui tenaient lieu de jambes. Dotée d'une hyperplasie mammaire impressionnante et d'une toute petite paire de fesses. Ce qui ne pouvait que la déséquilibrer, la contraignant à marcher avec la tête à Lille et le cul à Nice. Une... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2020

LE VIEIL AMANT

Si à vingt ans, je pensais que quarante ans plus tard tout cela serait définitivement terminé pour moi, que de toutes façons je n'aurais plus l'âge pour ça, ce que j'étais con. Ce que j'étais con, comme on est con à vingt ans parce qu'on y est certain tout savoir et que tout est déjà fini.   Mon point de vue, tu vois, n'est plus le même.   Je sais bien qu'on ne peut pas vivre de l'air du temps, d'amour et d'eau fraiche. Que l'amour est éternel d'une éternité qui dure l'espace d'une clope, d'une nuit, d'une semaine... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2020

CADAVRE EXQUIS

Ils s'étaient rencontrés. Dans un bistrot de nuit, de nuit sous la poussière de la mélancolie qui ne veut plus être du désespoir. Quand il n'y a rien d'autre à faire qu'à y entrer et pour oublier en picolant le jour qui viendra. Picoler entre chiens mouillés de malheur qui se cherchaient une niche provisoire pour s'abriter un peu de la lumière artificielle. En se léchant le cul les uns les autres. C'est la tradition dans une chienne de vie.   Ils s'étaient offert des bières en attendant que ça passe. Et puis, appuyée au... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2020

UNE HISTOIRE PAS SIMPLE

Il n'est pas pas certain qu'on pouvait la dire belle. Non, ce n'était pas une beauté grecque. Elle avait simplement, si l'on peut dire, ce que le vulgaire, incapable de le ressentir, de le comprendre, ce quelque chose qui fait que. Elle était charnellement solaire, solairement charnelle. Elle était de chair et de soleil. Du soleil de la chair. De la chair du soleil. Elle portait, comme une robe d'été, mais, peut être, était-ce une hallucination olfactive chez lui, cette odeur délicieuse, presque lascive, de mer, de plage et de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2020

JE N'AIME PAS LES FEMMES MONSIEUR

Un centre d'accueil psychiatrique. Où viennent des individus bipèdes et bimanes des deux sexes, de l'espèce humaine donc compliqués solliciter une oreille neutre et bienveillante pour y déverser leur mal de vivre. Je suis l'une de ces oreilles.   Treize heures trente, transmissions ordinaires d'un jour ordinaire.   Je t'ai mis un rendez vous à quinze heures. Un jeune homme de vingt neuf ans. Il préfère consulter avec un mec. C'est pourquoi je te l'ai adressé.   Il lui arrive quoi ?   Il se dit... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2020

MONSTRUEUSE

Ma mère et les mecs. Ce n'est pas un long poème mais une vaste décharge publique.   Si elle en change souvent, je dois lui reconnaître une belle constance dans ses goûts. De très jeunes, ses fils et sûrement pas pour compenser une carence maternelle.   Tous pareils. Des don Juan de fête foraine, des Casanova de caniveau tous bien serrés dans leur jean pour bien mettre en valeur le paquet dans leur caleçon. Au quotient intellectuel d'une mouche lobotomisée. Mais pour elle, leur intelligence n'a aucune importance.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2020

LIGNE DE FUITE

Il est parti, il a fui, il s’est enfui.   Pourquoi ?   Elle reste sur place. Seule sur scène bien avant la fin présumée de leur pièce écrite à quatre mains. Sur le quai, dans un vide absolu. Et dans le goût de fruit trop vert de l'inabouti.   Pourquoi ? Alors qu'il s'étaient toujours tout donné du meilleur et jamais rien du pire. Incompréhension.   Il a disparu dans son silence obstiné épais comme un brouillard la nuit. Pas un mot, pas une larme, pas un cri de colère, un soupir de douleur,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2020

JOURNEE ORDINAIRE

Cinq heures cinquante.   Il fait froid et encore nuit noire. Remonter une fois de plus l'interminable allée centrale, traverser le pavillon administratif, subir le regard noir des matous sauvages sous les couloirs lugubres avant de prendre le monte charge grinçant pompeusement appelé ascenseur et qui sert aussi bien au transport des personnes qu'à celui des poubelles et des repas. Avant d'atteindre la serrure de l'unité dite fonctionnelle, l'UF. Avant, les unités de soins portaient des noms de psychiatres, d'artistes, de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]