15 novembre 2019

LE MIROIR

Je nous regardais, dans le mauvais délice de la joie du désespoir, tu t'en souviens, droit les yeux dans les yeux, au creux du miroir en face de mon lit. Un vieux miroir miteux et bancal qui fixait sans indulgence deux contrefaits infirmes totalement nus, sans consistance. C'était dans les soirs où la misère d'exister dans notre chair nous pulvérisait les os. Tu vois, c'est un de ces soirs là que l'on aurait dû se prendre par la main et sauter. Là bas, au bout du quai, le port était assez froid, assez profond et froid pour... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2019

CHANT I D'HELENA

Tu es là, debout sous la pluie, les pieds dans la glaise. Indécollable. Dans la boue jusqu'aux yeux. Sous la pluie du ciel qui te pisse dessus comme un chien. Le ciel est un chien et je hais le ciel sous lequel je devenais folle.   Je suis morte.   Ton poème de Baudelaire, comme tu m'appelais, est parti. Envolé dans un nuage de benzodiazépines et de vodka.   Avant qu'ils n'enferment mon corps dans une boite, tu as refusé de le voir, mon corps couché sous un drap blanc qui n'en cachait rien.   Je suis... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2019

LES HYENES

Oui Héléna, oui mon amour, comme toi, j'ai eu un père. Mais pas longtemps. Juste les premières heures de mon existence. Ce n'est pas beaucoup pour avoir un père. Je suis orphelin de père quasi de naissance.   Et dans mes dix neuf ans de vie je ne l'ai jamais prononcé ce mot tellement banal pour tellement de fils et de filles qu'ils le disent sans y faire attention. Mais qui pour moi restera pour toujours tellement étrange. Papa.   Mon père. Qui est cet homme, mon père ? Je ne sais pas.   Un... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2019

PRESENTATION

Pour moi, tout a commencé il y a vingt cinq ans et neuf mois, au mauvais endroit et au mauvais moment.   Moi, Emmanuel Roch, l'angoissé de la vie, le désespéré de soi.   Artiste poétique par nécessité d'insomnie. Poète donc fils et frère indigne.   Un père et pour mon plus grand malheur une mère et une sœur. Les deux maudites.   Musiciens préférés : Beethoven parce qu'il était sourd. Bowie parce qu'il n'est pas possible de déterminer clairement si c'est un homme, une femme ou autre chose. Je... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2019

ÉLOGE L'INSOMNIE

Dormir.Je ne comprends pas pourquoi c'est censé être tellement important, le désir qu'ils en ont, le plaisir qu'ils en retirent. Pourquoi, quelle indécence, ils gémissent et ils pleurent sur leur nuit blanche. Ils préfèrent la nuit noire, ce moment d'inconscience qui ronfle et qui transpire sous la couette, empuantissant la chambre d'une haleine de dinosaure hépatique. A mon avis, ils ne dorment pas, non, ils ne dorment pas, ils fuient. Ils fuient l'accumulation quotidienne de leurs petites frustrations, de leurs petits... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2019

CHRYSAMTHÈMES

C'est beau la fin octobre/début novembre. Parce qu'il fait gris, humide et froid. Parce qu'il fait triste. J'aime bien aussi la fleur de saison, le chrysanthème. La fleur pour les morts, la fleur de la mort. Une fleur qui incite à la méditation, qui donne à penser.   Aujourd'hui, je suis gâté, j'ai de la chance. Sous un ciel opaque qui lâche de temps en temps une giclée de prostatique, vu d'en haut du cimetière c'est un champ de chrysanthèmes qui s'étale jusqu'en bas, jusqu'à la lisière de la plage déserte elle aussi... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2019

HÉLÉNA

Héléna...   Étrange fille. Fille obscure. Un poème des fleurs du mal. Sépulture, mon préféré.   Dans la demi pénombre du bar, je ne suis pas parvenu à déterminer au premier coup d'oeil si c'était une fille ou si c'était un garçon. Cette androgynie habillée de noir m'a frappé en plein front comme une balle. Une allure de zombi albinos, d'une cachexie livide et lumineuse d'anorexique, un manque criant de ces signes sexuels secondaires que sont les courbes de la féminité, des cernes immenses qui ne devaient rien à un... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2019

AVANT LA CHUTE

Il avait cru, il avait cru avoir enfin trouvé la perle rare définitive, à l'exclusive de toutes les autres.   Celle qui en souriant et sans en avoir l'air, saurait apaiser le monstre, en changerait le visage, le guérirait à tout jamais de sa peur de vivre et de jouir, qui lui rendrait son corps jadis perdu dans ses plaintes et jamais retrouvé. Celle qui résoudrait son énigme en lui donnant un sexe clairement défini et incontestable. Par laquelle il cesserait de détruire systématiquement tout ce qu'il aimait si... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2019

ÊTRE ET PARAITRE

Être ou ne pas être, telle est la mauvaise question. Paraitre ou ne pas paraître, voilà la bonne question. Être n'est rien, paraître est tout. Être n'est que le mythe de ces deux illusions, vérité et sincérité chez l'humain moyen.   Qu'importe les mensonges, les tromperies, les duperies, tricheries et autre mythomanie, si c'est pour la bonne cause, paraitre. Paraitre. Seuls les petits esprits à l'étroite pensée peuvent, dans le mirage de l'honnêteté, y renoncer et les condamner. Au nom de la morale et de la vertu, croyance... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2019

VIEILLE DAME

DÉCLARATION D'AMOUR     Vieille Dame.   Bonjour. Surprise ? Ben oui, dès les onze heures du matin, toujours dans mon lit, je pense à toi. En tout bien tout honneur. Je n'ai que des intentions honnêtes et pures à ton égard. Rassure-toi.   Je devrais t'en vouloir. De m'avoir pourri le voyage en me dégueulant des litres et des litres de ton fiel sur la tête. Je ne t'en veux pas.   Vieille Dame je t'ai rencontrée dans un train. Peut être que ce n'est pas vrai. Peut être que c'était ailleurs. ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]