10 avril 2018

DOSTOÏEVSKI /LES DÉMONS (LES POSSÉDÉS)

   Ce livre, très épais comme d'habitude chez Dostoïevski, peut se lire à plusieurs niveaux.   Tout d'abord comme un polar noir, très noir avec pour toile de fond cette société russe en déliquescence du XIX° siècle sous la botte impitoyable du régime tsariste à bout de souffle. Un livre qui résonne encore à nos oreilles du XXI° siècle tant il est étonnamment moderne. Page après page, c'est la perpétuelle « indicible banalité du mal » qui se découvre, qui s'étale.   Livre politique, pamphlet violent... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2018

JOËL DICKER / LE LIVRE DES BALTIMORE

  Il y a les Goldman. Ceux de Baltimore et ceux de Montclair. Les Baltimore sont riches. Les Montclair sont de la classe moyenne américaine, à l'aise mais sans luxe.Entre les deux, Marcus, fils des Montclair et neveu des Baltimore. Des Baltimore qu'il envie, qu'il admire. Trois cousins, Montclair et Baltimore amis à la mort à la vie. Le gang des Goldman. Et la belle Alexandra dont chacun des trois cousins est amoureux fou. Chacun jure de ne pas chercher à séduire Alexandra au nom du Gang et de l'amitié, pour ne pas briser... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2018

PAOLO RUMIZ / L'OMBRE D'HANNIBAL

   Un livre d'initiation au voyage, je veux dire au vrai voyage, le voyage qui a sans doute un prétexte, retrouver les traces d'Hannibal, mais finalement aucun but concret. Le voyage pour le voyage. Le voyage pour soi. Le voyage pour retrouver un homme qui bâtit sa légende et construire la sienne. Paolo Rumiz met ses pas dans ceux de l'africain, du carthaginois qui malgré tous ses succès militaires renonça à détruire Rome, Rome qui détruira méthodiquement et absolument Carthage (delenda Carthago). Un héros de tragédie... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2018

NANCY HUSTON / LIGNE DE FAILLE

Une histoire de famille, sur quatre générations. Décortiquée avec la précision et lez froid d'un scalpel. Pour faire sortir les cadavres bien enfouis dans le placard. On commence par cet enfant, enfant gâté, enfant roi, hyper protégé par sa mère, qui jouit, se fait jouir en regardant des scènes de tortures en Irak. Rapidement insupportable, effrayant dans se réflexions qui montrent une maturité qui n'est pas de son âge. Mais il faut bien trouver un moyen d'échapper à l'étouffement maternel. Son père qui ne remettra jamais de son... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

DAVID VANN / L'OBSCURE CLARTÉ DE L'AIR

Médée, descendante du soleil qui n'aime que la nuit. Ni déesse ni femme. Médée, femme fatale, femme tragique née pour détruire, briser, jusqu'à l'horreur. Une femme libre qui brave tous les interdits pour maîtriser son destin, destin qu'elle assume jusqu'au bout de l'horreur, le meurtre de ses propres enfants. Une femme au milieu de ces hommes rudes qu'elle domine par la peur qu'elle leur inspire. Princesse assoiffée de pouvoir, amoureuse jusqu'à la passion de Jason qui la trahira, incarnation même de la prise de conscience de soi,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2017

EMILY FRIDLUND / UNE HISTOIRE DES LOUPS

Que fait donc cette adolescente livrée à elle-même, fille de parents déjantés, anciens hippies pas trop bien fabriquée, un peu sauvage, quand elle observe aux jumelles, entre les broussailles, les nouveaux voisins installés sur la rive d'en face du lac ? Un couple avec un enfant qui visiblement ont une vie bien plus aisée et facile que la sienne et qui viennent vivre, dieu sait pourquoi, au fin fond du Minnesota.. Le père travaille loin, n'est pas souvent là et la mère propose à la jeune fille de passer du temps avec elle et de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2017

SYLVAIN TESSON / PETIT TRAITÉ SUR L'IMMENSITÉ DU MONDE

Sylvain Tesson, un voyageur, un errant qui parcourt le monde. Il marche, il grimpe, chevauche, de bivouac en bivouac, dort sous un arbre ou sous un pont ou en haut d'une cathédrale au risque de se rompre le cou. Son petit traité est un précis de désobéissance sociale. Tesson vit par un choix qui semble bien définitif, à l'écart du troupeau humain. Il a choisi la nature vierge, sauvage, parfois peu accueillante voire dangereuse contre l'homme et son ordre établi, toujours plus menaçant que les vastes déserts que l'auteur parcourt.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2017

IRÈNE FRAIN / SORTI DE RIEN

  Le rien, anagramme d'Irène. Le rien, d'où sortent ces bretons rouges, républicains ou noirs, protestants. Donc mal vus dans cette Bretagne des années cinquante catholique et presque encore royale et rejetés sur une terre surtout riche de pierres. Des hommes et des femmes à l'image de ce pays de misère où tous les mythes, légendes, croyances armoricaines ou chrétiennes restent très vivace. Un jeune adolescent loué par sa mère omnipotente mais adulée après le certificat d'étude à un fermier sans pitié. Et qui finalement... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2017

FUSILLADE

     Je vais crever. Je vais crever et je bande, à genoux au pied du poteau tricolore et patriotique de mon exécution.   La mort promise est-elle donc si belle ? Est-elle donc bandante et jouissive à ce point ?   Douze balles dans la peau pour avoir choisi l'ordure des caniveaux contre les poules de luxe pour éjaculer par masturbation sur de fausses fleurs du printemps en confondant les cris d’orgasme avec un requiem.   Pour fuite au feu et désertion, abandon de poste et haute... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2017

BORIS PASTERNACK / LE DOCTEUR JIVAGO

    1966, j'ai huit ans. Mon frère cadet et ma belle sœur m'emmènent au cinéma. Mon premier film. Le docteur Jivago. Je suis ébloui. Mon premier film ! J'ai dû tomber amoureux tout de suite de Lara. Revu le film au moins dix fois depuis. Toujours amoureux de Lara. Étrangement, je n'avais jamais lu le roman. C'est chose faite ! A quelques détails près, je n'ai rien reconnu du film. Peu importe. J'ai dévoré ce gros pavé. Les plaines interminables de Russie, la neige, et la mélancolie chronique des russes.C'est... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]