17 janvier 2020

MANUEL VILAS/ORDESSA

Un homme qui n'en finira jamais de porter ses morts. Un album de famille, les archives d'une société espagnole démocratique mais pas vraiment guérie du franquisme et inégalitaire, les mémoires d'une vie au sein d'une classe sociale éternellement contrainte à tirer le diable par la queue. Sans mensonge, sans tricherie, sans tentative de consolation. La vie, dans son absurdité fondamentale puisque tout disparaît malgré les efforts désespérés du narrateur dépressif irrémédiable, bourré d'anxiolytiques et d'alcool, pour en conserver... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2020

LAURENT BINET/CIVILIZATIONS

Il est permis de violer l'histoire si c'est pour lui faire un bel enfant disait, à peu près, Alexandre Dumas, grand violeur de l'histoire devant l'Eternel et qui a enchanté mon enfance et même un peu plus.Violer l'histoire, Laurent Binet ne s'en prive pas Civilizations. Avec un Z s'il vous plait. Imaginez un peu, vers l'an mille, on part de Scandinavie et cap au sud avec la fille pas piquée des hannetons d'Erik le rouge pour accoster en Amérique avec ses compagnons. Là, mélange des migrants avec les autochtones. Christophe Colomb... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2019

JEAN GRENIER/ALBERT CAMUS SOUVENIRS

1930, Jean Grenier, jeune prof de philo a pour élève Albert Camus, 17 ans. C'est ainsi que naquit une amitié exceptionnelle qui ne se démentira jamais et qui perdurera au delà de la mort de Camus. Alors que Grenier venu de la grise métropole découvre le soleil, la chaleur et la joie de vivre méditerranéenne, il fait découvrit la lumière et les richesses de la culture à son élève, enfant pauvre d'un pauvre quartier d'Alger, et qui avait tout à y découvrir. Ce n'est pas un livre de mémoires, ni une étude critique de l'oeuvre de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2019

ISABELLE MUTIN/FINIS TERRAE

Finis terrae, autrement le bout du bout de la terre. En français, le Finistère. On lit, en quatrième de couverture que l'auteur a eu un coup de foudre pour le Finistère. C'est évident, il suffit de lire son livre. Seule une femme amoureuse, et de talent, peut décrire avec cette poésie simple et lumineuse l'écrin à la beauté folle et sauvage qui enserre ses nouvelles. A un point tel que je me demande encore est-ce le Finistère qui est le personnage principal du livre, l'histoire des différents protagonistes n'est-elle pas qu'un... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 décembre 2019

CHARLES BUKOWSKI/PULP

Un privé minable à la dérive, Louis Ferdinant Céline qui n'est pas mort en 1961, la Grande Faucheuse particulièrement sexy, une blondasse qui roule en Mercédès rouge, son cocu de mari, un Moineau écarlate et une myriade de personnages tous plus déjantés les uns que les autres. Une enquête échevelée jonchée de cadavres, de saouleries, d'obsessions sexuelles, le tout dans l’atmosphère scatologique caractéristique des œuvres de Bukowski. Et voilà, servez chaud. Le dernier roman du génial Bukowski. Un style brut, cru, direct,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2019

HENNING MANKEL/LE DYNAMITEUR

Oskar Johansson était dynamiteur. Sa vie coupée en deux. Avant l'explosion et après l'explosion. Une explosion qui aurait dû le tuer mais à laquelle il a survécu. Pas mal amoché quand même. Ce qui ne l'a pas empêché d'y revenir à la dynamite. Jusqu'à la retraite. Oskar Johansson, sa femme, ses enfants, son travail. La vie d'une homme honnête, droit qui n'a rien de remarquable. Qui a milité toute sa vie pour une société plus juste en fréquentant les socialistes et les communistes. Qui en perdra beaucoup d'illusions mais jamais sa... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2019

IDEO OKUDA/LES REMEDES DU DOCTEUR IRABU

Des psychiatres déjantés, j'en ai fréquentés.En littérature j'ai rencontré le Dr Celsius de mon amie Isabelle Mutin qui, lui aussi vaut le détour ( cf http://blogsetrin.canalblog.com/archives/2017/07/22/35497552.html). Mais docteur Irabu, obèse, jovial, de très mauvais goût, à l'hygiène douteuse, fétichiste de l'aiguille enfoncée dans un bras par son infirmière exhibitionniste et peu aimable bat quelques records de loufoquerie. Rien ne lui résiste, paranoïa, troubles obsessionnels compulsifs, hystérie, priapisme obstiné, divorcés... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2019

JOHN FANTE/BANDINI

Une famille d'émigrés italiens, des ritals endettés jusqu'au cou, que l'hiver a réduit à la pauvreté, le père maçon ne pouvant pas travailler par grand froid. Une mère amoureuse passionnée que l'on devine lascive, entièrement dévouée à son mari adultère (peut être pour goûter un peu au luxe et à la richesse) et à ses fils. Et trois fils qui vivent comme ils peuvent, impuissants contre la misère noire et l'explosion du couple parental. Les Bandini, malgré tout une famille de crève la faim et de comédie italienne qui vaut le détour.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2019

EDOUARD LIMONOV/LE POETE RUSSE PREFERE LES GRANDS NEGRES

Limonov, poète de l'underground moscovite, dissident et/ou opposant en délicatesse avec tous les gouvernements communistes et post communistes, fils d'un officier subalterne du KGB, sale gamin à la limite de la psychopathie, président du parti national bolchevique, personnage en soi peu sympathique mais à mon sens attachant par tant de désespoir en lui. Et surtout, surtout, l'un des plus grands poètes et écrivains russes du siècle dernier, pour moi le premier. Malheureusement peu connu, les médias bien pensantes ne lui on jamais... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2019

MELISSA BRODER/SO SAD TODAY

La tristesse, l’agonisse, la dépression, merci, je connais. Professionnellement et personnellement. Et ça ne m'a jamais, mais alors jamais au grand jamais, fait rire. Ou alors par dérision ou auto dérision. On se défend comme on peut contre l’innommable. Et que nous raconte Melissa Broder ? La tristesse, l'angoisse, la dépression. Et le cortège d'addictions qui va avec. Sans pudeur. Elle nous raconte ça de son intérieur. J'aurais dû pleurer du début à la fin. Logiquement. Et du début à la fin, j'ai ri. J'ai ri. Ce livre... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]