30 mars 2020

L'EAU DU PORT

Quelques fois, le soir, quand il fait nuit, David et moi, on se promène, en silence, main dans la main, comme des enfants perdus dans leurs rêves. On s'assoit au bord du quai, les pieds qui se balancent dans le vide en fumant un joint. Ou pas. On n'a pas besoin de se parler, on se comprend.   Ce n'est pas pour regarder les bateaux. On s'en fout pas mal des bateaux qui partent toujours sans nous. Même si, souvent, on est pris d'une envie folle de sauter dans un cargo, de s'y planquer pour une traversée vers n'importe où,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2020

IRENE NEMIROVSKI/LE VIN DE LA SOLITUDE

De Kiev à Paris en passant par Saint Petersbourg et la Finlande, au milieu du cataclysme de la révolution bolchevique et de la première guerre mondiale. Entre un père maladroitement aimant, absent, lâche, obsédé par l'argent, joueur invétéré, une mère grande bourgeoise, hautaine, froide, méprisante, aigrie, incapable de la moindre affection pour cette enfant qui l'empêche de vivre, les amants de la mère et une gouvernante française qui lui apporte un peu de tendresse et de chaleur humaine, Hélène Karol. Le parcours initiatique et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2020

TU ES LAIDE MAMAN

Aujourd'hui, jour d'été. Un jour à marcher dans les rues, à errer, sans raison, sans destination, sans objectif déterminés une fois pour toutes. Voilà le genre de choses qui la rend furieuse. Tu dois savoir où tu vas, tu dois avoir un but précis Clara. Sans but précis on avance pas dans la vie ma fille.   Jusqu'à la place au vieux marché aux chevaux. Main dans la main avec un mec, jeune bien sûr. La reine mère aime la chair fraiche et elle les finances pour sen consommer sans modération. Le dernier étalon en date je... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2020

UMBERTO ECO/BAUDOLINO

Baudolino, un moine, fils adoptif, confident, ambassadeur de Frédéric Barberousse qui parcourt le monde jusqu'à ses confins de champs de batailles en intrigues politiques et amoureuses. Rusé, espiègle, manipulateur, magouilleur, jouisseur invétéré, affabulateur insatiable, séducteur, manipulateur et finalement, humaniste avant l'heure. Tout le génie romanesque d'Eco explose dans ce livre qui tord l'histoire dans tous les sens pour nous faire pénétrer dans ses méandres pendant que son héros nous mène en bateau et nous fait prendre... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2020

LE BAL DES FOLLES

Ils ont organisé une fête. C'est bien gentil de leur part de penser à nous. Pour faire plus réel dans le décor, ils ont invité les gens du dehors. Et ils sont venus, ils sont tous là, les familles, les amis, les voisins et le curieux inconnus. Même pas peur, ils sont là pour se rincer le gosier et que ce spectacle rare est gratuit. Même les consommations. Gâteaux maison mais immangeables, sodas et jus de fruits tiédasses donc imbuvables. Pas la moindre goutte de vodka et pour fumer, c'est dehors. La règle c'est la règle, même... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2020

Sexe et érotisme dans l'antiquité

  Sexe et érotisme dans l'Antiquité gréco-romaineComme l'écrit Georges Bataille, " l'érotisme est l'un des aspects de la vie intérieure de l'homme " ( L'Erotisme, éditions de Minuit, Paris, 1957). C'est un phénomène proprement humain, dans le sens où il revêt toujours une dimension psychique et fantasmée. A l'inverse, la sexualité est pratiquée autant par les êtres humains que par les animaux.http://theconversation.com  
Posté par fsetrin à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2020

LUCIEN BODARD/LA VALLEE DES ROSES

Fin de la dynastie des grands Tsing. Une belle et jeune fleur fragile mandchoue, Yi, entre dans la Cité Interdite dont elle ne ressortira jamais pour entrer au harem de l'empereur Xianfang, alcoolique, débauché, homosexuel, pervers qui règne en maitre absolu sur le panier de crabes qu'est la cour impériale. Adieu Jung-lu son amour. Le chagrin s'efface très vite. Dévorée d'une ambition à peine croyable, elle n'a qu'une idée en tête, devenir Impératrice de Chine. Un eunuque Ngan Te lai la repère, l'introduit dans le lit impérial,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2020

Denny Wallentin

El erotismo masculino según Denny Wallentin - Cultura InquietaNos hemos encontrado con la mirada diferente y erótica de Denny Wallentin, un fotógrafo de Berlín que rezuma pasión y amor por la piel masculina. Nos recuerda a la fotografía de otros grandes maestros como Wilhelm von Gloeden, Wilhelm Plüschow o Vincenzo Galdi.https://culturainquieta.com  
Posté par fsetrin à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2020

Limonov

  Limonov : l'homme qui ne voulait pas mourir dans son litrendu les armes à 77 ans " J'ai pris le parti du mal ", fanfaronnait-il dans son Journal d'un raté. Vraiment ?https://www.lepoint.fr  
Posté par fsetrin à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2020

DANIEL SALVATORE SCHIFFER/MANIFESTE DANDY

« Il est urgent d'être dandy. Dans le monde conformiste qui est le nôtre, le dandysme est la dernière véritable subversion, l'ultime héroïsme. » Zarathoustra, Cyrano de Bergerac, Baudelaire, Barbey d'Aurévilly, Bowie, Joyce, Montherlant, Oscar Wilde, Sand, Sagan, Whitney Huston et la liste est loin d'être exhaustive. Il y a tous ceux, moins célèbres qui, dans la rue, hérissent d'indignation le poil du bon bourgeois bien pensant. Le dandy n'est jamais un politiquement correct, principe intangible chez lui. Le dandysme... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]