41fa4DteN+L

Fin de la dynastie des grands Tsing.

Une belle et jeune fleur fragile mandchoue, Yi, entre dans la Cité Interdite dont elle ne ressortira jamais pour entrer au harem de l'empereur Xianfang, alcoolique, débauché, homosexuel, pervers qui règne en maitre absolu sur le panier de crabes qu'est la cour impériale.

Adieu Jung-lu son amour.

Le chagrin s'efface très vite. Dévorée d'une ambition à peine croyable, elle n'a qu'une idée en tête, devenir Impératrice de Chine. Un eunuque Ngan Te lai la repère, l'introduit dans le lit impérial, l'initie à toutes les prouesses sexuelles qui peuvent lui attacher le Fils du Dragon. Et ça marche, l'un et l'autre vont atteindre les sommets du pouvoir. Bon, il leur faut pas mal trucider de toutes les façons possibles mais qui veut la fin veut les moyens n'est-ce pas ? Et le monde est cruel.

Et Yi devient Tseu hi, le dernier, et désastreux, souverain de l'Empire du milieu.

Bodard naturellement ne fait pas œuvre d'historien mais de journaliste/romancier.

Et il réussit son coup.

Une belle initiation à la vie dans la Cité Interdite et à ses mœurs sous la férule d'une impératrice débauchée, cruelle, perverse qui a quand même, et entre autres, empoisonné son mari pour accéder au pouvoir absolu. Elle empoisonnera même ses enfants pour rester sur le trône mais ceci est une autre histoire.

Un roman d'aventure, à la fois sanglant, sensuel voire même érotique.

Fascinant.

Une fantastique et méticuleuse description des mœurs extravagantes des dernières décennies de la Chine impériale.

Bodard enfile, les une après les autre, sans nous laisser respirer, les scènes hallucinantes dans son style magnifique, flamboyant.

Je vais profiter de mon confinement pour relire ce livre.