9782070270460_1_75

1930, Jean Grenier, jeune prof de philo a pour élève Albert Camus, 17 ans. C'est ainsi que naquit une amitié exceptionnelle qui ne se démentira jamais et qui perdurera au delà de la mort de Camus.

Alors que Grenier venu de la grise métropole découvre le soleil, la chaleur et la joie de vivre méditerranéenne, il fait découvrit la lumière et les richesses de la culture à son élève, enfant pauvre d'un pauvre quartier d'Alger, et qui avait tout à y découvrir.

Ce n'est pas un livre de mémoires, ni une étude critique de l'oeuvre de Camus, ni sa biographie. C'est une suite de souvenirs strictement personnels, sans rien dévoiler de la vie privée ni de l'un ni de l'autre, de leurs échanges au sujet de la religion, du bien, du mal, de l'art, de la création littéraire, de la politique et de la brûlante question algérienne.

Au fil des pages, se dessine un Camus tourmenté et serein, combattif et pacifique, charnel et quasi mystique parfois, considérant la vie comme une absurdité fondamental et un amour et appétit dévorant de vivre, force de la nature souvent abattu par la maladie, amoureux d'une l'Algérie qu'il veut libre.

Le portrait pudique, précis d'un homme bourré de contradictions et de paradoxes et qui a toute sa vie chercher l'équilibre entre les contraires. Le portrait d'un honnête homme au sens classique du terme qui n'a jamais transiger sur ses principes d'honneur, de probité intellectuelle et morale, de noblesse d'esprit, de liberté.

D'un homme qui avait besoin du succès comme il avait besoin du soleil d'Alger la blanche.

Le portrait d'un homme tracé par un autre homme qui l'a connu et aimé.
Livre indispensable, nécessaire à qui aime Camus, le lit et le relit.

Livre précieux.