851433302

Bela est un petit bâtard abandonné chez la « tante Rozika » , ancienne putain, dont de dire qu'elle est maltraitante est un très doux euphémisme, né d'une mère trop jeune et trop pauvre, d'un père inconnu naturellement, au milieu d'autre bâtards comme lui et donc l'unique souci est de survivre ?

La vie est sans pitié pour cet enfant.

A quatorze ans, il fuit à Budapest dans l'espoir de retrouver sa mère. Employé dans un grand hôtel de la ville, il y est confronté au luxe scandaleux, au mépris et à l’exploitation, y compris sexuelle des riches, à sa vulgarité de prostitué qui se vend au plus offrant, à ses ignominies, à sa corruption, à la misère glauque des bas fonds où le pauvre exploite plus pauvre que lui.

Comment un adolescent tourmenté par sa libido douloureuse peut-il rester pur et honnête, droit, face à toutes les tentations ?

Adhérer à la pureté rouge du bolchevisme naissant ? En pressentant les horreurs de cette idéologie, il y renonce rapidement.

Fuir et partir en Amérique, pays fantasmé dans lequel tout est sensé être parfait ? Son grand rêve.

Auquel il ne renoncera pas.

Une peinture de cette Hongrie sans pitié de l'entre deux guerres soumise au fascisme militaire du régent Horthy, noyée sous le chômage et la misère noire des crève la faim.

Une fresque écrite pas un très grand conteur, un grand peintre paysagiste et portraitiste d'une lecture quoique longue est très fluide.

Une impressionnante saga à la Dickens qui tient aussi des Misérables d'Hugo.

Un livre passionnant sur l'apprentissage de la vie, de l'amitié, de l'amour, un témoignage parfois poignant parfois réjouissant sur la puissance de la volonté de vivre.

Un témoignage sur un monde promis à la déflagration par la seconde guerre mondiale qui s'annonce. Et surtout parce parce que personne n'ayant inventé de bombe plus meurtrière que la pauvreté tout espoir n'est pas perdu.

Un gros livre avec lequel on ne s'ennuie jamais.