51RoGlYbw2L

Voilà une bien belle et bien étrange histoire que nous raconte l'auteur, enfant du pays, Dun sur Auron, petit village du Cher.

Petit retour en arrière. 1838, une loi fonde les asiles d'aliénés départementaux, vite surpeuplés victimes de leur succès et dans lesquels les conditions de vie deviennent rapidement déplorables et où la notion de soin est extrêmement vague. Voire inexistante. Le conseil général de la Seine décide de tenter une expérience. Faire sortir les « aliénés tranquilles » de l'asile et les installer contre rétribution dans des familles à la campagne.

Dun/Auron est choisi pour fonder la première « colonie familiale pour aliénés » sous la direction d'Auguste Marie, médecin aliéniste et grand humaniste. Il y a des oppositions au projet, bien sûr, mais la mayonnaise prend. Les malades s'intègrent et participent activement à la vie locale. Tout n'est pas parfait, loin de là, il y a des abus de toutes sortes, des maltraitances en tous genres, mais l'administration et le corps médical veillent et interviennent rapidement pour corriger le tir. Les malades posent très peu de problèmes dans la communauté. Les fous et les normaux vivent ensemble. Même si leurs relations ne sont pas toujours au beau fixe, il peut se tisser entre eux des liens affectifs profonds. Et les enfermés dans la folie sont peu ou prou rendus au monde et à la vie.

Première et combien avant gardiste expérience de placement familial thérapeutique. Qui reste aujourd'hui encore à développer. Pour remettre le fou au cœur de la citée.

On chemine ainsi de pages en pages avec ces fous qui finalement n'ont rien de dangereux contrairement à ce que le grand public croit encore. Et c'est là le plus grand mérite de ce livre. Rendre leur humanité à ceux et celles que folie, asile, a priori ont privé de tout. Et surtout de leur dignité d'humains. Ces fous qui, de page en page, nous deviennent d'attachants familiers.

Un livre qui s'appuie sur des archives, des témoignages et les souvenirs personnels de l'auteur.

Qui termine son ouvrage sur une confidence émouvante qui éclaire l'ensemble du livre.