Abraham-et-fils

Abraham père et fils ou autrement dit le médecin Abraham Farkas et son fils Franz. Rapatriés d'une Algérie qu'ils ont dû fuir et qui débarquent dans la France de De Gaulle, au sein d'un petit village de la Beauce. France où les blessures de l'occupation sont encore vives, où celles de la guerre d'Algérie saignent encore abondamment, où toutes sont recouvertes de la poussière du silence.

Franz se réveille dans une chambre d'hôpital sous le regard de son père qu'il ne reconnaît pas. Il a oublié toute sa vie passée. Il ne sait même plus qu'il a une mère. C'est à la fin du roman que le mystère de sa disparition lui sera éclairci. Et puis il y a la merveilleuse Claire qui vient prendre en mains la grande maison de ces deux hommes seuls. Avec sa fille Luciane, comme Franz grande lectrice, grande sœur de coeur de cet enfant unique.

Franz est curieux et il va mettre son nez dans des histoires qui ne sont pas de son âge. Pour sortir un sacré cadavre du placard. Car il n'y manque ni le mensonge, ni la trahison, le désespoir, la douleur et la cruauté jusqu'à l'absurde de la vie.

Il pose des questions surprenantes et existentielles pour un enfant de dix ans auxquelles Abraham répond toujours. Mais il ne le questionne jamais sur sa mère. Trop douloureux pour son. Il le sait, il le sent.

Une ode à l'amour inconditionnel entre père et fils. Un père qui se sent coupable de la mort de sa femme. Un fils qui se parentalise. Un père qui sécurise et rassure. Un enfant qui protège. Une relation père / fils parmi les plus belles qu'il m'ait été donné de lire.

Une plaidoirie, une de plus chez Winckel, pour une médecine humaniste. Un plaidoyer pour l'humanisme.

Un beau livre dont j'ai tout aimé. Le style, l'histoire, l'atmosphère. La description de l'époque où la télé n'avait qu'un chaine et était en noir et blanc, où je regardais Zorro. Un livre rempli d'une immense tendresse. Un bel album de photos aux couleurs fanées que l'on regarde avec tout plein de douce nostalgie.

Oui, c'est beau, c'est fluide, c'est prenant.

Allez vous y couler, vous y fondre et vivre un grand moment de bonheur.