51ZObrbm2hL

 

1966 – 2016, cinquante ans de souvenirs.de l'externat à Rennes à l'humanitaire au Bénin en passant à mai 68. Un long et riche voyage au pays de la folie d'un psychiatre pas tout à fait comme les autres. A l'époque où tout était à inventer. On sortait à peine, et encore pas partout, de la grande nuit asilaire. Cinquante ans de combats contre l'immobilisme du milieu, contre l'obscurantisme des grandes sectes psychiatriques et psychanalytiques de tous poils. L'auteur ne nous cache rien de ses errements dans le labyrinthe des institutions psychiatriques et des idées délirantes, voire franchement sectaires qui y font florès. De toutes les questions que, forcément, il se pose. De sa passion pour ce métier lui non plus pas comme les autres et de ses enthousiasmes de psychiatre militant. Pas de langue de bois, pas de vocabulaire ésotérique. Sans ne joue pas les savants. Il est sur le terrain et se met les deux mains dans le cambouis, mouille sa chemise. On entend ses coups de gueule, ses colères. Son refus du psychiatriquement correct.

 

Un esprit qui veut rester libre et lucide, sans concession, dans sa pratique comme dans sa vie. Pour lequel la psychiatrie est d'abord et avant tout un humanisme et un combat à mener pour libérer le fou de sa folie.

 

Une grande aventure professionnelle au milieu des grands psychotiques et des autistes. De tous ceux que le système laisse sur le côté. Pour lesquels il ne cache pas sa tendresse.

 

Un psychiatre mais aussi un homme avec ses amours et ses emmerdes.

 

Dommage Pierre Sans. Nous ne nous sommes jamais croisés au cours de nos décennies respectives passées en psychiatrie. Même si entre deux têtes de lard comme toi et moi, il y aurait eu fatalement des étincelles, le vieil infirmier de secteur psychiatrique que je suis aurait aimé à travailler avec un patron comme toi. Tu as bien mérité de la psychiatrie française. Profite de ta campagne et de tes petits enfants. Tu l'auras aimé de « foutu » métier. Quant à moi, c'est là tout ce qui fait la valeur professionnelle d'un individu. Aimer son métier.

 

Alors, tous ceux et toutes celles que le sujet intéresse sans en être des spécialistes, laissez tomber les livres savants et lisez Pierre Sans. Quant à vous les jeunes qui commencez, lisez le aussi. Vous apprendre que l'art du soins en psy n'est pas dans les protocoles, les procédures, les processus. Vous êtes infirmiers, à la lecture de ce livre vous deviendrez des soignants.

 

Ce livre devrait être obligatoire dans tous les IFSI.

 

https://www.amazon.fr/Chroniques-dun-psychiatre-libertaire-1966-2016/dp/1533653879/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1533541232&sr=1-1&keywords=pierre+sans+chroniques+d%27un+psychiatre+libertaire

 

 

1966 – 2016, cinquante ans de souvenirs.de l'externat à Rennes à l'humanitaire au Bénin en passant à mai 68. Un long et riche voyage au pays de la folie d'un psychiatre pas tout à fait comme les autres. A l'époque où tout était à inventer. On sortait à peine, et encore pas partout, de la grande nuit asilaire. Cinquante ans de combats contre l'immobilisme du milieu, contre l'obscurantisme des grandes sectes psychiatriques et psychanalytiques de tous poils. L'auteur ne nous cache rien de ses errements dans le labyrinthe des institutions psychiatriques et des idées délirantes, voire franchement sectaires qui y font florès. De toutes les questions que, forcément, il se pose. De sa passion pour ce métier lui non plus pas comme les autres et de ses enthousiasmes de psychiatre militant. Pas de langue de bois, pas de vocabulaire ésotérique. Sans ne joue pas les savants. Il est sur le terrain et se met les deux mains dans le cambouis, mouille sa chemise. On entend ses coups de gueule, ses colères. Son refus du psychiatriquement correct.

 

Un esprit qui veut rester libre et lucide, sans concession, dans sa pratique comme dans sa vie. Pour lequel la psychiatrie est d'abord et avant tout un humanisme et un combat à mener pour libérer le fou de sa folie.

 

Une grande aventure professionnelle au milieu des grands psychotiques et des autistes. De tous ceux que le système laisse sur le côté. Pour lesquels il ne cache pas sa tendresse.

 

Un psychiatre mais aussi un homme avec ses amours et ses emmerdes.

 

Dommage Pierre Sans. Nous ne nous sommes jamais croisés au cours de nos décennies respectives passées en psychiatrie. Même si entre deux têtes de lard comme toi et moi, il y aurait eu fatalement des étincelles, le vieil infirmier de secteur psychiatrique que je suis aurait aimé à travailler avec un patron comme toi. Tu as bien mérité de la psychiatrie française. Profite de ta campagne et de tes petits enfants. Tu l'auras aimé de « foutu » métier. Quant à moi, c'est là tout ce qui fait la valeur professionnelle d'un individu. Aimer son métier.

 

Alors, tous ceux et toutes celles que le sujet intéresse sans en être des spécialistes, laissez tomber les livres savants et lisez Pierre Sans. Quant à vous les jeunes qui commencez, lisez le aussi. Vous apprendre que l'art du soins en psy n'est pas dans les protocoles, les procédures, les processus. Vous êtes infirmiers, à la lecture de ce livre vous deviendrez des soignants.

 

Ce livre devrait être obligatoire dans tous les IFSI.

 

"Je ne suis pas un psychiatre pour les bobos des beaux quartiers parisiens." P. Sans. Tout est dit, non ?