Une-histoire-des-loups

Que fait donc cette adolescente livrée à elle-même, fille de parents déjantés, anciens hippies pas trop bien fabriquée, un peu sauvage, quand elle observe aux jumelles, entre les broussailles, les nouveaux voisins installés sur la rive d'en face du lac ? Un couple avec un enfant qui visiblement ont une vie bien plus aisée et facile que la sienne et qui viennent vivre, dieu sait pourquoi, au fin fond du Minnesota.. Le père travaille loin, n'est pas souvent là et la mère propose à la jeune fille de passer du temps avec elle et de s'occuper de l’enfant. Un enfant mystérieux, aux comportements d'autiste. Peu à peu, fascinée, elle entre dans l'intimité de cette famille sur laquelle règne sans partage la silencieuse, sentencieuse et sans appel autorité paternelle, ne comprenant que très partiellement ce que cache gaieté de la mère dont la fragilité se dévoile peu à peu, ressentant vaguement que cette famille bien rangé cache un lourd secret. Un lourd secret qu'elle découvre quand il est trop tard.

Un roman sur la parole définitivement scellée, sur le déni de la réalité au nom des croyances, la chronique d'une mort annoncée.

Ce livre, qui ne se livre pas dès les premières pages, est troublant, poétiquement troublant. C'est un pur thriller qu'il faut lire très lentement pour en saisir tous les détails qui les uns après les autres qui nous font pressentir la tragédie finale, nous mènent au dénouement.

L'écriture est subtile, la construction déconcertante, les descriptions tracées comme des ombres chinoises.

Tout y va lentement jusqu'à la précipitation brutale dans le chaos final qui laissera l’héroïsme stupéfaite face à une tragédie qui va colorer toute son existence.

Si vous parvenez au delà du premier chapitre, ce qui n'est peut être pas évident, alors abandonnez-vous, plongez dans ce récit et laissez le vous porter.