30 novembre 2017

FUSILLADE

     Je vais crever. Je vais crever et je bande, à genoux au pied du poteau tricolore et patriotique de mon exécution.   La mort promise est-elle donc si belle ? Est-elle donc bandante et jouissive à ce point ?   Douze balles dans la peau pour avoir choisi l'ordure des caniveaux contre les poules de luxe pour éjaculer par masturbation sur de fausses fleurs du printemps en confondant les cris d’orgasme avec un requiem.   Pour fuite au feu et désertion, abandon de poste et haute... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2017

BORIS PASTERNACK / LE DOCTEUR JIVAGO

    1966, j'ai huit ans. Mon frère cadet et ma belle sœur m'emmènent au cinéma. Mon premier film. Le docteur Jivago. Je suis ébloui. Mon premier film ! J'ai dû tomber amoureux tout de suite de Lara. Revu le film au moins dix fois depuis. Toujours amoureux de Lara. Étrangement, je n'avais jamais lu le roman. C'est chose faite ! A quelques détails près, je n'ai rien reconnu du film. Peu importe. J'ai dévoré ce gros pavé. Les plaines interminables de Russie, la neige, et la mélancolie chronique des russes.C'est... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2017

JACK EL-HAI / LE NAZI ET LE PSYCHIATRE

Le nazi, c'est Göring, l'un des plus hauts dignitaires nazis, le psychiatre c'est Douglas Kelley, le cadre de leur « affrontement », la prison de Nuremberg. Avant d'être jugés, les nazis doivent être examinés par un psychiatre pour déterminer s'ils sont sains d'esprit ou non, c'est à dire s'ils sont responsables de leurs actes ou non. Leur analyse va être confiée au Dr. Kelley, jeune et brillant psychiatre et au non moins brillant psychologue Gilbert. Pour Gilbert, tous ces criminels de très vol ne sont ni des êtres à... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2017

PARIS SUR SEINE

  Paris sur Seine. C'est triste.   La reine du monde est nue et peroxydée.   C 'est triste Paris quand on y gèle sur pied parce que l'on y fuit la vieillotte province de ses amours crevées comme une baudruche d'enfant. Et toutes les condoléances de ses meilleurs amis qui, désolés, ne peuvent rien faire, mais restent là au cas où...   A tourner pour trouver on ne sait quoi dans Pigalle, la rue Saint Denis ou celle de la Gaîté, à erre entre les travs du bois de Boulogne, on se taille un costume.... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2017

FRANZ-OLIVIER GIESBERT / UN TRÈS GRAND AMOUR

    Moi, l'amour, le cancer de la prostate. Ainsi aurait pu sous-titrer son livre ce cher FOG, excellent écrivain et grand chroniqueur des misères et autres vices de notre temps. Un livre à lire. Par les mecs histoire de leur mettre le nez dans leurs incohérences, leurs lâchetés, leur trouille d'aimer et d'être désirés, d'aimer et de désirer, leur plaintes et gémissements sur leur pauvre et malheureux nombril. Salutaire ! Par les femmes. Pour qu'elles pigent bien qu'un homme, si « c'est bête, égoïste et pas... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2017

BEREZINA / SYLVAIN TESSON

  Moscou / Paris, de la Place rouge aux Invalides, dans un side-car de la grande époque soviétique qui ne démarre pas toujours mais impossible à arrêter quand c'est parti, au confort de la même époque dans des conditions météorologiques au delà de l'épouvantable, voilà le voyage de Tesson et de ses potes qui refont le chemin de la retraite de Russie pour en commémorer le bicentenaire. Il fallait quand même y penser ! Fous me direz-vous ? Oui, ces types là sont fous sans nul doute. Mais la folie de préférer une telle... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 novembre 2017

CLAUDE QUÉTEL / HISTOIRE DE LA FOLIE

  Aristote, Platon, Hippocrate et la folie des dieux, les temples d'Asclépios et la médecine des humeurs, la folie de dieu et la folie prix et expression du péché au Moyen Age, l'exclusion et l'enfermenent des fous dans les hôpitaux, maisons de force et autres relais des dépôts de mendicité, l'esprit de réforme quant à la prise en charge des fous à l'époque des Lumières, Pinel, Esquirol, Charcot, de Clérembault, Moreau de Tours et l'âge d'or de l'aliénisme après la moi de 1838, les thérapies de choc, l'épisode de la seconde... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2017

SUIS-JE FOU ?

    Qui est fou ? Qui ne l'est pas?   Et moi-même, suis fou ou non fou ? De quelle côté suis-je, de cette frontière très floue, très variable entre le fou et le non fou ? Et d'abord où se situe cette frontière ? Si tant est qu'elle existe, qu'elle soit réelle. Car reste à démonter au delà des apparences qu'il existe quelque chose qui distingue le fou du non fou, le sensé de l'insensé.   Suis-je fou ou non fou, sensé ou insensé ?   Connais toi et tu connaitras l'univers et les... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2017

DIT DE L'ANGOISSE

  Plus belle la vie !   Mais plus belle que qui, putain, plus belle que quoi ?   Comment tu peux dire une telle connerie ?   Répéter ce mantra des poubelles ?   Tu l'as vue, la vie, la madone des cercueils, quand elle danse son slow funèbre dans lequel elle nous entraine tous, la salope d'allumeuse qui fait croire que et qui ne t'éteint qu'une fois mais pour de bon, tu l'as bien regardée ?   Tu l'as rencontrée où, dis-moi. Entre les lèvres vaginales de ta mère. En... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2017

PAR LA FENÊTRE

  Je les vois, là, dehors, ils tapinent sur les trottoirs, offrant au premier regard venu leurs moignons et, indécence suprême, leur âme scrofuleuse mise à poil en attendant l'improbable miracle d'un roi guérisseur d'écrouelles.   Je les regarde, tous, toutes, les mendiants de l'amour, les SDF de l'affect, les handicapés de l'émotion, les paralytiques du désir qui se trainent avec leurs béquilles, leur fauteuil roulant, leur déambulateur.   Tous crevards, pornographes chômeurs de l'orgasme qui me reprochent, sur... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]