9828069-po-te-crit-caricature-ancienne-Banque-d'images

 

 Y en a.

 

Y en a qui écrivent. Enfin, ils disent écrire.

 

Ils s'auto proclament, insupportable prétention dans la vacuité absolue de leur manque de talent, poète, poétesse, écrivain, écrivaine, auteur, auteure, le E ne s'entend pas, dommage il change tout.

 

Oh, comme ils écrivent de fort belles, fort poétiques choses. Il parle du temps qu'il fait et de l'amour avec le même romantisme hyper sucré, sucré ad nauseam.

 

Tout est merveilleux mais rien n'est vrai.

 

Illusions même pas burlesques, poudre de perlimpinpin aux yeux, pensée magique qui se croit magicienne, insupportable maquillage de poète qui se voudrait maudit.

 

Misérable échafaudage de mots qui ne tiendra pas au premier coup de vent.

 

C'est écoeurant cette guimauve à la fin.

 

Pire. Indécent. Parce qu'ils recherchent auprès de leurs semblable la gloire des petites gens.

 

Plutôt que d'écrire sur du vélin, du papier de soie ou un clavier d'ordinateur, ils feraient mieux d'utiliser du papier toilette.

 

Moi

 

je ne suis pas auteur, je ne suis pas poète, je ne suis pas écrivain, je ne suis pas artiste.

 

J'écris, pour passer mon temps, sur les trottoirs, sous les yeux des passants qui s'en foutent

 

j'écris la pluie poisseuse, les semelles glaireuses, les papiers gras, les mégots contaminés, les merdes de chiens, les pisses de chat, les crachats des pauvres, les cadavres d'oiseaux, les rats crevés, les capotes qui collent aux chaussures, les poubelles qui dégueulent dans le caniveau,

 

les funérailles des cœurs brisés, des gueules cassées, les enterrements de tous ces chiens crevés que l'on portait au cœur, et puis ce jour de fin d'automne qui donne comme une envie de suicide,

 

tout ce qui fait la vie.

 

Mais je ne suis pas auteur, je ne suis pas poète, je ne suis pas écrivain, je ne suis pas artiste.