30 avril 2017

LIONEL OU L'AMOUR À L'HÔPITAL

Enfant de la mine il en avait connu toutes les misères, la faim, la pauvreté, l'alcoolisme ambiant, la maltraitance et j'en passe. Malgré ce milieu social et familial défavorable, il était loin d'être bête et il avait le bac.   Et il était plutôt beau gosse Lionel.   Un visage d'ange. Taillé comme un surfeur californien, des yeux qui devaient en faire chavirer plus d'une.   Mais il pouvait être diabolique. J'étais son infirmier référent. Il m'en a fait voir de toutes les couleurs. Il avait du génie pour,... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2017

L'ESCARGOT

  Alors, comme il ne parlait pas, n'agissait pas, ne sollicitait pas, ne demandait jamais rien mais attendait que ça vienne et faisait la gueule si ça ne venait pas assez vite, comme il ne réagissait que très peu à ses sollicitations, elle écrivit une lettre à L'Escargot.   Salut, L'Escargot,   Je t'appelle L'Escargot parce que tu es un putain escargot. Qui ne dit rien, ne fait rien, qui subit.   Un escargot à la parole de limace. Lente et non articulée.   Un putain d'escargot baveur, qui me mouille... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2017

SYLVIA PLATH

On découvre à tout âge. Et aussi, surtout peut être en littérature. Et je viens de découvrir de grand poète Nord américain de la hauteur d'un Withman. Comme quoi les USA ne produisent pas que de la mal bouffe et du mauvais boire.   Née le 27 octobre 1932 à Jamaïca plan, banlieue de Boston, d'un père émigré allemand mort prématurément, elle a huit ans, et d'une mère autrichienne, elle est morte le 11 février 1963 à Londres. À la mort de son père, elle a ce mot : « je ne parlerai plus jamais à Dieu. » Ce premier... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2017

IL EST PARTI

  Elle   elle est restée sur place, en vide absolu de compréhension.   Et avec le goût amer de l'inabouti.   Il l'a laissée seule en scène bien avant la fin présumée de leur pièce.   Ils ne s'étaient rien refusé et tout donné. Toujours le meilleur, jamais le pire.   Pourquoi ?   Il a disparu, dans un silence comme un épais brouillard de nuit, sans un mot, sans une larme de déchirement ou un cri de colère, un soupir de douleur ou un regard de regret. Et sans se retourner. Surtout... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2017

DE LA LUCIDITÉ

   Cruelle, douloureuse.   Mortelle.   La lucidité est une malédiction. Malheur au lucide !   Malheur au lucide, sans illusion, sans croyance, sans espoir, il lui sera tout reproché, il sera mis au ban de l’humanité rêveuse, de l’humanité croyante, de l'humanité espérante, de l'humanité aimante. De l'humanité bêlante et subissante. Il refuse d'en être, il n'accepte pas de lui appartenir. Heureux et fier qu'elle le rejette.   Condamné à la solitude puisqu'il ne croit en rien. C'est... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2017

LE VIEUX ET LE SEXE

  Le sexe avait été la grande, la seule véritable affaire de sa vie. Dès qu'il arrivait quelque part, il assurait ce qu'il appelait sa sécurité sexuelle comme un autre aurait tout de suite repéré les bonnes tables. Éternel affamé de sexe. Gourmand et pas regardant sur le plat qu'on lui présentait, il dévorait tout. Il avait quasiment tout fait en matière de sexe et il en redemandait. Jamais assouvi. Et il avait la réputation d'un amant attentif et brillant. Il aimait jouir et faire jouir, jouir de faire jouir.   Tout... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2017

VOLUTES / NATHALIE BOUCHERÉ

   L'auteur, dans sa dédicace, me souhaite bonne lecture. Ce ne fut pas une bonne lecture, mais une lecture délicieuse. Une de ces lectures dont je suis friand Une lecture de gourmet gourmand.   Pour paraphraser l'auteur qui voudra bien me le pardonner. Nous aussi, on pousse le loquet et la porte ne grince pas. Et on emprunte ce chemin qui mène à l'inconnu, l'inconnu imaginé (?) par Nathalie Boucheré.   Imaginé ? Non bien sûr. Elle n'a pas pu inventer ces êtres humains, animaux ou végétaux ou... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 avril 2017

NEIGE DE PRINTEMPS I YUKIO MISHIMA

Un Japon à la fin de l'ère Meiji, un pied dans la tradition et déjà l'autre dans la modernité. Deux mondes, la vieille noblesse et la nouvelle aristocratie. Le poids des traditions et l'appel de l'occidentalisation. En toile de fond d'un amour impossible et tragique. Deux jeunes amants s'aiment, se désirent, se reprennent, se repoussent, se reprennent. Prisonniers du devoir d'obéissance à leurs parents, à la société, à l'empereur qui ne peut que s'opposer à leur amour. Prisonniers de leurs propres méandres qui ne peuvent que rendre... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 avril 2017

YAN LIANKE / SERVIR LE PEUPLE

Voilà un court roman iconoclaste et jubilatoire qui, en reprenant le vieux slogan de la révolution culturelle, piétine les tabous les plus sacrés de la république populaire de Chine. Tout y passe, l'armée, la révolution, la sexualité, et le politiquement correct chinois. Servir le peuple, c'est exécuter, pour ce jeune soldat de l'armée populaire de libération, l'ordre de son colonel : satisfaire la sexualité exigeante de la femme de son supérieur. Ordre étrange mais auquel il doit obéir pour "servir le peuple". Entre deux passages au... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2017

QUESTION DE CHOIX

Il y songe.   Souvent.   Il venait d'avoir dix neuf ans.   L'âge de tous les possibles.   Cette grande fille brune aux cheveux longs, à la peau très blanche, aux yeux très clairs, aux petits seins et au gros cul qui le mangeait des yeux. Ce garçon qui, sans façon, avait collé sa cuisse contre la sienne et sa main sur le sexe le regardant droit dans les yeux, d'un regard sans équivoque. L'un et l'autre le faisaient bander comme un malade dans un bar par un soir d'hiver. Il les voulait tous les deux. ... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]