28 avril 2017

IL EST PARTI

  Elle   elle est restée sur place, en vide absolu de compréhension.   Et avec le goût amer de l'inabouti.   Il l'a laissée seule en scène bien avant la fin présumée de leur pièce.   Ils ne s'étaient rien refusé et tout donné. Toujours le meilleur, jamais le pire.   Pourquoi ?   Il a disparu, dans un silence comme un épais brouillard de nuit, sans un mot, sans une larme de déchirement ou un cri de colère, un soupir de douleur ou un regard de regret. Et sans se retourner. Surtout... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]