16 mars 2017

SOYONS ARTISTES

  La pénétration, c'est chiant.   Je le dis clairement, ça me fait chier, je n'y trouve pas un plaisir qui me transcende. Qu'ont-ils donc tous à vouloir fourrer leur queue dans un vagin ? Qu'ont-elles donc toutes a vouloir se faire remplir l'intimité par une bite ? Oui, je sais, je sais, la nature veut que. Mais la nature veut que pour la reproduction. Or reproduction et plaisir sont deux choses absolument différentes. On peut se reproduire sans jouir et jouir sans se reproduire. Donc, la nature veut que n'est... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2017

ALBERT CAMUS / LA PESTE

J'ai eu le bonheur d'avoir eu des profs de lettres exceptionnels à deux exceptions près. Au lycée, mademoiselle Baudouin nous a fait lire La peste. Pas étudier, lire. Je lui dois hommage, ce livre a transformé ma vie. Je l'ai lu et relu et le relirai encore.   C'est, après L'étranger, le second roman de Camus. Comme chacun sait il se passe à Oran, ville heureuse et insouciante, inconsciente, aux prises avec une épidémie de peste. Le docteur Rieux se bat contre le fléau comme il peut, avec le peu d'armes à sa disposition. Mais... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2017

LES PSYCHIATRES

    Je n'aime pas les psychiatres.   Sapientissimes et pédantisismes.   Je ne suis pas certain qu'ils soient des Sapiens sapiens...   J'en ai connu un sacré paquet dans ma longue carrière.   Donc je peux en parler. Je suis en terre parfaitement cartographiée.   Les tous premiers, vieux féodaux aux pouvoirs exorbitants, logés, nourris, chauffés, blanchis par l'établissement qui leur fournissait, parmi les malades et gratuitement bien sûr, toute la domesticité dont ils pouvaient avoir... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2017

L'HOMME AUX CHEVEUX LONGS

    Je le revois encore cet oiseau aux cheveux longs, lui-même long comme un jour sans pain, un peu filiforme, avec un éternel petit sourire qui semblait toujours se foutre du monde.   On le disait schizophrène. On le disait. Lui aussi. Enfin, il le revendiquait. Ce qui était pour le moins étrange.   Mais pour un psychotique, il s'adaptait remarquablement bien et facilement aux circonstances, même aux pires, tout le monde était d'accord là dessus. Il ne présentait ni délire ni hallucination. Pas de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2017

UNE FOLLE EN LIBERTÉ / BEATE GRISMUND

    La folie et la littérature, c'est connu, font un excellent ménage. Les plus belles pages de la littérature sortent des cervelles en ébullition. « Il y a toujours de la raison derrière la confusion, il suffit d'écouter », explique Eli, l'héroïne schizophrène de ce roman. Oui, cette folle en liberté est schizophrène. Depuis sa plus tendre enfance, elle est déchirée, douloureusement, par quatre voix contradictoires qui viennent de l'intérieur. Tableau pénétrant de la psychose et de l'enfer de la schizophrénie au... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2017

P.P. PASOLINI / ACTES IMPURS

   «J'ai beaucoup risqué en écrivant Actes impurs et Amado mio. je ne sais pas si les sujets si scabreux de ces deux récits sont suffisamment nécessaires et objectivés; je suppose même que certains, si je disais le nom du péché... ne liraient peut-être même pas la première page du livre. Paolo et Desiderio luttent-ils assez contre leur amour? Il est vrai, tant que la passion les consume, leur péché se consume avec eux; mais au-delà de cette passion, où il n'y a que sensualité, qu'est-ce qui les justifie? L'anormalité de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2017

LA LONGUE NUIT DU SCHIZOPHRÈNE

  Le schizophrène dort peu, si peu.   Dans sa longue nuit, le schizophrène n'est pas insomniaque. Il ne dort pas parce qu'il n'a ni jour ni nuit. La longue nuit du schizophrène est aussi un jour sans fin. Au milieu du monde, d'un absurde théâtre auquel il ne comprend rien, dans lequel tout lui inconnu et étrange. Un absurde théâtre, un autre monde dont il ne peut pas s'évader, qui l'a happé, et dans lequel tout est noir et par essence terrifiant. Un monde de la nuit dont il est persuadé de ne jamais en revenir pour... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2017

PASOLINI

    « Sa fin a été à la fois similaire à son œuvre et très différente de lui. Similaire parce qu'il avait déjà décrit, dans ses œuvres, les manières crasseuses et atroces, et différente parce qu'il n'était pas l'un de ses personnages mais une figure centrale de notre culture, un poète qui avait marqué une époque, un réalisateur brillant, un essayiste inépuisable. » (Alberto Moravia). Il en est pour qui la vie est un long chemin de croix.     Je ne vais pas écrire la biographie de Pasolini. Ce... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2017

LA SOURCE DES FEMMES

De nos jours dans un petit village, quelque part au Maghreb. Les femmes vont chercher l'eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Leila, jeune mariée, propose aux femmes de faire la grève de l'amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village. Il y a de tout dans ce film, de l'amour, de l'humour, de la violence, de la douceur. Les mâles peuvent bien rouler des mécaniques, quand les femmes s'en mêlent... Ils vacillent, tanguent et... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2017

RENDEZ-MOI MON ENFANT !

  Un hurlement, des bras tendus vers le ciel, des mains désespérément suppliantes, un visage déformé par la douleur, méconnaissable, insoutenable de trop d'angoisse.   Mais quel crime avait-elle donc commis cette fille de vingts ans, jolie et intelligente ? Pour se trouver internée à l'hôpital psychiatrique, pour souffrir mille morts, quelle faute devait-elle expier par un tel martyre ? Pourquoi voulait-elle, légitimement, qu'un lui rende son enfant ? Pourquoi ne le lui rendait-on pas ?   C'était... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]