ob_b7ee79_119005

 

 Croyez-vous que je suis comme vous, que je vous ressemble, que je suis votre semblable ?

 

Non,

 

oh hominidés bipèdes bimanes et unisexes,

 

non, je ne suis pas votre semblable.

 

Je ne veux pas, je ne peux être votre semblable.

 

Parce que nous ne sommes pas vous et moi, oh les humains, de la même race. Tout nous distingue, tout nous sépare. Rien ne peut nous réunir. Nous n'avons pas été conçus dans le même utérus, nous ne sortons pas du même vagin. Nous n'avons aucune chair en commun. Aucun regard en partage.

 

Plutôt qu'être un homme, je préfère être ce singe qui vous étonne et que vous ne comprenez pas. Ce singe qui refuse de se coucher dans votre cage universelle.

 

Vous vous ne pouvez donc pas être mes frères, je ne suis même pas votre ami.

 

Je suis juste ce passant qui passe sans vous voir, sans vous apercevoir, sans même vous discerner oh foules de moutons aveugles, entre les murs de la ville.

 

Vous êtes la totalité de l'humanité. De l'humanité obscurcie par trop d'hypersomnie. Vous dormez.

 

Moi, je suis l'insomniaque qui ne veut pas dormir et renoncer à la lucidité. Sur l'écran blanc de mes nuits blanches, je porte le deuil

 

Tenez donc à la vie puisque vous en avez si peur, si peur à en mourir chaque seconde. Puisque vous y croyez si fort que vous vous jetez à corps définitivement perdu dans ce gouffre sans fond.

 

Moi, je n'aurai pas de tombeau quand vous pourrirez dans le culte atroce du cadavre, six pieds sous terre.

 

Je ne ferai pas un squelette sous les chrysanthèmes.

 

Vous avez été conçus pour la mort.

 

Vous n'êtes que du bois sec, alors copulez et reproduisez-vous. Tel est l'ordre du divin, multipliez-vous !

 

Mon arbre ne porte jamais de fruit parce que je suis du côté du diabolique et que le diable est toujours seul.

 

Je m'invente à chaque instant.

 

Aimez-vous les uns les autres puisqu'on vous le dit.

 

Je n'aime que moi et cet amour n'aura pas de fin. Il durera l'éternité. Même quand moi je ne serai plus, cet amour de moi pour moi vivra.

 

Qui d'entre vous pourrait y prétendre ?

 

Vous n'êtes que des hommes, moi je suis un grand singe.