31 décembre 2016

QUARANTE ANS DE PSYCHIATRIE / MON PÈRE

1948.   La guerre est terminée. La France n'est plus occupée par l'armée nazie. Fin des années de disette voire de famine. Mais tout n'est pas rose pour autant. Il y a toujours des restrictions, des tickets de rationnement, probablement encore du marché noir. Mes parents se sont mariés en 1940, ils sont trois enfants. Mon père a donc une femme et trois enfants à nourrir. Que faire ? La situation économique est guère glorieuse. De Gaulle a quitté le pouvoir et c'est la chienlit de la IV° république. Mon père lui, a besoin... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2016

LES ARTRISTES

  On se voulait artistes en la matière.   Nous ne sommes que des artristes.   Comment a-t-on fait pour y croire ? Pour nous croire ? On se pensait dans l'éternel printemps quand nous sommes depuis la nuit des temps dans un hiver comme c'est l'hiver sur une ville perdue de l'est. Parce que nous ne sentions pas encore ni le froid ni l'humidité, couverts d'illusions comme nous l'étions.   On a fait la fête, on a pris des bains de mer, on s'est perdus dans le brouillard en riant et en dansant sur un... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2016

LA PETITE PRINCESSE SENTIMENTALE

  Petite fille attardée qui jouait à la grande dans son immaturité affective crasse.   Petite fille dépendante dans son constant besoin d'être rassurée, de se rassurer, qui se racontait des histoires à la guimauve. Qui à quarante ans, tremblait encore devant son « papa ».   J’étais ton prince charmant, tu étais ma belle au bois dormant.   Ton romantisme suranné sentait le bouquet fané sous la poussière. Tu ne nous vivais pas, tu nous rêvais.   Tu te bâtissais, jour après jour, le château... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2016

Antonin Artaud Le moine (Lewis)

   Le moine, The monck, est un roman anglais de Matthew Gregory Lewis publié en 1796. L'auteur n'a alors pas vingt ans et l'écrit en dix semaines, dans le but de divertir sa mère. Il est pourtant extrêmement subversif dans les thèmes abordés (viols, incestes, parricides, magie noire...). Lewis y critique violemment l'hypocrisie des religieux. Ce roman fut censuré à son époque et figure parmi les préférés du marquis de Sade. Cette œuvre de jeunesse, emblématique du roman gothique, aura une influence considérable. Il est... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2016

DIEU A RATÉ SON COUP QUOIQUE / II

Voilà pour la forme.   Quant au fond...   Là aussi, c'est chargé.   Je me contente de cette intelligence moyenne qui est la mienne et qui me permet de saisir le sens d'un minimum de choses.   Mais pourquoi, hein pourquoi, quelqu'un peut-il m'expliquer, pourquoi lui a-t-il fallu charger ma mule de cette incapacité à comprendre le problème, même le plus simple, de mathématiques ? Et comme dieu est généreux avec moi, il m'a fait dyscalculique... Oh ! Cette longue douleurs pendant les cours de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2016

DIEU A RATÉ SON COUP QUOIQUE /

  Si, contre toute raison, dieu existe, comme il a tout créé, il m'a donc créé.   Et si dieu m'a créé, il a raté son coup.   Le con !   Pourquoi m'avoir sorti du néant pour me jeter, sans explication, dans ce monde, dans cette famille ? Cela n'a aucun sens. Cela ne présente aucun intérêt. Le sens de rotation de la terre et des aiguilles de la montre n'en a pas été changé. Totalement inutile. Il n'y avait aucune nécessité.   A moins. A moins que ce connard de dieu ait décidé, un jour où il... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2016

QUARANTE ANS DE PSYCHIATRIE / MANUEL

  Il était beau Manuel, avec sa gueule taillée à coups de serpe qui le faisait ressembler à Klaus Kinski. Quand il sortait nu de la douche, les filles ne pouvaient pas s'empêcher de reluquer son corps longiligne, sec comme un coup de trique, aux muscles bien dessinés, saillants, noueux et en louchant sur son sexe et son cul, elles se disaient que c'était vraiment dommage, un si beau mec ! Quoiqu'infirmière, on en est pas moins femme. Manuel les troublait. Mais Manuel était définitivement intouchable.   Il était... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 19:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 décembre 2016

A. France / Les dieux ont soif

Ce livre magnifique décrit l'horreur du fanatisme dans lequel vont sombrer les révolutionnaires de 89 en 92/93, la chute des Lumières dans l'obscurantisme, la barbarie sous le masque du progrès de l'humanité. Une préface lucide à toute l'horreur des révolutions et des totalitarismes du XX° siècle qui tous se sont installés dans la terreur avec son lot d'atrocités.Un récit antirévolutionnaire ? Oui, dès lors qu'elle devient une tragique et imbécile maladie collective. Ce qui est toujours le cas. Robespierre et ses complices y... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2016

CE QUI ME GONFLE I

Plein de choses me gonflent. Cette époque est extraordinaire de vertu, c'est le règne des gens de bien, des bien pensants. Le christianisme a perdu beaucoup d'influence pour nous pourrir la vie. Il a donc fallu trouver autre chose. Non, autres choses, au pluriel. Car les moyens de nous couper de toutes possibilité de vivre quelques moments de bonheur, les culpabilisations, les anathèmes, les grands inquisiteurs tous azimuts ne manquent pas. Vous voulez mourir empoisonnés de la cervelle ? Faites votre choix m'sieurs dames, y a de... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2016

Les cygnes sauvages

Petite-fille d'une concubine et d'un " Seigneur de la guerre ", fille de hauts responsables communistes, Jung Chang. Elle est arrachée à son bonheur, certes inconscient, au nom de la révolution culturelle et son règne de terreur. Ses parents seront internés dans « un camp de rééducation », elle même sera arrachée à ses études et déportée à la campagne où elle sera paysanne, " médecin aux pieds nus ", ouvrière, malgré tous ses efforts toujours suspecte parce que fille d'apparatchiks.   C'est toute l'histoire de la... [Lire la suite]
Posté par fsetrin à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]